On ne discute pas

Hier soir. Impossible de m’endormir. Je descends dans le salon, j’allume la téloche, je tombe sur l’émission de Guillaume Durand « l’objet du scandale ». objectif : inviter Matthieu Kassovitz et Jean-Marie Bigard qui défendront leurs thèses sur les attentats du 11 septembre 2001. Ces derniers devaient venir initialement avec le journaliste Eric Laurent et le physicien danois Niels Harrit, mais Guillaume Durand s’est opposé à la venue des deux spécialistes au dernier moment. Le débat impartial commence…

017

Ils sont confrontés à deux journalistes. Le débat commence et là…Rien. Les deux journalistes et Guillaume Durand ont un seule mission : Descendre en flèche Matthieu Kassovitz et Jean-Marie Bigard.
Pourtant dans le discours de Kassovitz (je mets Bigard de côté car il est trop passionnel), aucune trace de conspiration ou de supercherie comme le faisait Thierry Meyssan.  Il a des doutes, tout simplement,  il les exprime. . Et là patatras…le journaliste chargé de dézinguer les deux sceptiques fout tout en l’air en expliquant que Matthieu Kassovitz et Jean-Marie Bigard croient à la thèse d’avions téléguidés…ensuite il glisse son discours dans l’émotion en parlant d’enfants disparus dans le crash. Au fond de mon canapé, une seule certitude, ce journaliste n’a rien préparé. c’est le tueur à gage avec un soupçon d’ironie.

Je vous explique le contexte. il est presque minuit, je suis fatigué,  j’assiste au débat le plus con de l’année.  Les journalistes présents n’étaient pas là pour discuter mais pour expliquer qu’il ne faut pas avoir de doute. Pendant le reste de l’émission, c’est un brouhaha continuel. On ne discute pas. un camp a raison, l’autre a tort.point barre.  aucune neutralité du présentateur. De la merde en boîte.

Ce qu’il faut retenir de cette expérience télévisuelle : Il faut absolument que j’évite la petite lucarne quand je souffre d’insomnie.

les vidéos de l’émission : le début Le milieuLa fin.

mise à jour : un article de la télé libre.

4 commentaires

  1. Effectivement, utiliser le mépris comme argument est non seulement evil mais en plus carrément contre-productif. L’approche de Noam Chomsky est la plus rationnelle : il n’y a pas de limites au cynisme de la politique américaine et on peut donc tout imaginer, mais ça n’est pas pour autant que tout e qu’on imagine est vrai, il faut laisser les scientifiques faire leur travail et ne pas s’improviser expert en explosifs juste parce qu’on vient de voir un mec sur une vidéo youtube expliquer qu’un bâtiment percuté par un avion ça tombe comme çi et pas comme ça.

    Répondre

  2. complétement d’accord.
    Ce qui m’étonne dans les médias français (je ne peux pas juger ailleurs), on n’a pas le droit au doute.
    A midi, je mate l’émission de Bruce Toussaint qui a fait un résumé de l’émission d’hier soir. J’ai l’impression de ne pas avoir vu le même truc que lui.
    C’est rigolo ce consensus sur le non doute.
    Plus drôle, Frédéric Bonnaud, le journaliste au sourire ironique est interrogé en expliquant que le débat n’est pas possible avec des illuminés – Frédéric Bonnaud est le type qui a élevé le débat en parlant d’avions téléguidés 🙂

    Finalement je crois être guéri de l’insomnie !!

    Répondre

  3. Frédéric Bonnaud…voilà j’ai modifié. désolé pour l’erreur.
    il m’a déçu ce journaliste. j’aimais bien ses différentes critiques. là il a trop voulu jouer les flingueurs…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.