Les chasseurs de tweet

Depuis l’affaire Mehdi Meklat, j’ai découvert une nouvelle méthode sur les réseaux sociaux pour dévaloriser une personne : chasser les tweets les plus ambigus, mettre en avant les textes les plus cons qu’une personne a pu poster sans réfléchir.
Bizarrement, dans un grand nombre de cas, les personnes qui sont ainsi pistés sur internet sont noirs, arabes ou ont des liens avec des associations anti-racistes. L’objectif étant de casser leurs discours pour cibler ensuite le mouvement auquel ils appartiennent.
On pourrait croire que ces actions sont le jeu de l’extrême droite. on réalise bêtement que non. La gauche s’amuse beaucoup aussi. Une gauche que je décris comme laïciste et qui vit une véritable psychose sur l’islam

Un exemple avec le compte twitter de @adpCharb

cette personne se présente comme « féministe, athée, République laïque sociale, opposée à tous les extrémistes et intégristes (droite,gauche, religieux…) » Cela fait une longue liste que l’on peut résumer en « proche du printemps républicain, dans la mouvance de Vals et contre le port du voile dans l’espace public »
On peut rajouter qu’elle est Charlie. Ceci a son importance car être Charlie sauf erreur de ma part c’est être pour la liberté d’expression et le débat.
Cette personne n’hésite pas à utiliser l’amalgame. Quiconque est en photo avec tariq Ramadan est un complice des frères musulmans, quiconque défend à chacun de pouvoir exprimer sa religion dans l’espace public est un islamo-gauchiste ou idiot utile. Des exemples :

Ci dessus un retweet d’un compte qui est de la même mouvance laïciste. Donc si on discute avec un membre du CCIF (Collectif contre l’Islamophobie en France) on est complice des frères musulmans. pas de débat contradictoire. pas de dialogue. Étonnante notion de liberté d’expression, être charlie à géométrie variable.

Ce compte est l’origine de l’affaire « Mehdi Meklat » en mettant en avant les tweets injurieux de cet écrivain. Une victoire pour cette personne qui a dénoncé ce scandale. mais cela ne s’arrête pas là. Après cette dénonciation à juste titre de ces textes violents en 140 caractères, @adpchard dénonce quiconque qui est en photo ou a travaillé ou essayé de débattre avec Mehdi Meklat. Drôle de procédé. Bref, télérama, le monde, les inrocks , bondyblog, mediapart…à essayer de comprendre l’attitude de Mehdi Meklat sont complices de ses propos. on est dans une société où on ne veut plus comprendre mais condamner. on ne veut plus dialoguer, on veut interdire de parole. Personnellement , je n’ai pas vu les articles de mediapart ou autres, des textes qui légitimaient les tweets de Mehdi Meklat. En fait, il vaut mieux interdire que de comprendre.

A force de jouer aux andouilles, tout débat devient donc impossible. Est ce qu’il me viendrait à l’esprit de critiquer la couverture du compte twitter de @adpChard issue du film « portier de nuit »

« Dès sa sortie en 1974, le film suscita de nombreuses polémiques tant dans le milieu du cinéma que chez les intellectuels. Il fut critiqué pour son « esthétique nazie » et la mise en scène malsaine et théâtrale à caractère sexuel d’une victime et de son bourreau. Le film est ponctué de flash-back dérangeants qui exposent la relation sadomasochiste entre Max et Lucia, totalement déconnectée de la réalité atroce de l’univers concentrationnaire » (source wikipedia)

Est ce que cette faute de goût anéantit le combat de cette personne contre l’extrême droite ? Je ne pense pas, il arrive à tout le monde de faire des erreurs sur twitter. par jeunesse, par naïveté, par manipulation etc..mais cette police de twitter si elle peut dénoncer à juste titre des débordements pose problème quand elle est dirigé sans arrêt contre les mêmes personnes. au hasard, des français noirs ou arabes.

On finit par être parano. Lorsqu’Alice Diop obtient le césar du court métrage et rend hommage aux victimes des violences policières. Je me suis surpris à me connecter sur @adpcharb et les autres comptes du même esprit pour voir leurs recherches en meute. Il n’y avait rien. Alice diop ne semble pas avoir de compte twitter. Heureusement pour elle.

Dernier exploit : Oulaya Amamra, qui a l’age de 15 ans faisait des copié collé de paroles de rap ou balançait des textes à l’age de 15 ans .

Étonnant à remarquer , le discours des comptes FN ressemble à s’y méprendre à ceux de la gauche républicaine. Est ce que je vais faire l’amalgame. pas du tout, je suis certain que les personnes de cette gauche républicaine sont sincères dans leurs luttes contre l’islamisme. Sauf qu’à pister toutes les personnes qui n’ont pas la même opinion qu’eux , le discours est totalement noyé et le twittos lambda finit pas confondre printemps républicain et FN.

Pire, les dénonciations à flux tendu du printemps républicain semble légitimer la violence de l’extrême droite. Suite à l’affaire Medhi Meklat, le bondyblog a reçu des menaces de mort.

Peut on dire que les amalgames des tweets du printemps républicain sont à l’origine de cette situation ? je l’ignore mais le dialogue ci dessous entre un facho et un partisan de la laïcité à la Laurent Bouvet laisse perplexe..

Junzi (@GLookathat ), qui a la même mentalité que @apdChard, essaie de calmer les esprits et d’éviter une polémique. L’excès de dénonciation a abouti à une menace de mort, il faut éviter que cette « gauche républicaine » soit responsable. Donc voici le dialogue entre un facho (qui croit aux ovni) avec qui on peut discuter tranquillement alors qu’avec bondyblog et autres le débat est quasi impossible. allez comprendre ?!!!

Logiquement, l’attentat de Charlie hebdo fait son apparition. cela revient régulièrement pour couper court au dialogue.

On relit calmement. En fait ce n’est pas la menace de mort qui gène mais la possibilité que cet appel au meurtre victimise le bondyblog. Que dire ? si on menaçait Pascal Bruckner, mohamed sifaoui ou autres personnes dont je n’aime pas les idées, je serai tout simplement choqué et je ne penserai pas une seule seconde à la possibilité que ces personnes puissent se victimiser !! hallucinant.

Idéollogiquement fermé…il y a de quoi rire. Mais tout va bien. On comprend la colère qu’une personne qui partage du Henry de Lesquen condamné pour provocation à la haine et contestation de crime contre l’humanité.

Allez hop on se tutoie entre potes. On discute de l’entretien avec Laurence Rossignol (pilule qui a été mal digéré). Le petit dialogue se termine par un lien de Dreuz qui n’est pas vraiment orienté à droite.

On récapitule : sur internet, des militants de tous bords farfouillent et chassent les tweets compromettants avec un objectif : nuire à une personne et à travers elle taper sur des médias avec lesquels on n’est pas d’accord. Il y a un côté justicier du réseau un peu flippant qui dénonce plus vite que son nombre. Parfois cela donne la sensation que ces personnes ont un os à ronger. Elles mitraillent à longueur de journée contre une personnalité avec qui elles sont en désaccord. D’ailleurs on voit les futures cibles. Hanane Karimi est dans le collimateur. Cette militante féministe qui lutte aussi contre les violences policières déplaît donc on mitraille.

Comme si dénoncer les violences policières signifiait la haine de la police. Digne d’une brève de comptoir.

Cette chasse aux tweets est fatigante. SI elle aboutissait à des explications ou à des débats contradictoires, cela serait positif. Bien au contraire, cela finit par entraîner de la confusion entre une certaine gauche et une extrême droite qui emploient les mêmes techniques sur le réseau. Bref, un joli merdier qui n’est pas prêt de s’arrêter et qui au final peut devenir très dangereux avec des menaces de mort.

Laisser un commentaire