Le partage sur Facebook

Vendredi midi, petite discussion animée sur la notion de partage de Facebook. Mes arguments ne volaient pas bien haut car je suis mauvais en dialectique. Mon idée était pourtant assez simple à résumer : Facebook c’est de la merde enrobée d’un joli papier cadeau. C’est un joli piège qui peut se retourner contre soi. je m’explique.
Le discussion portait sur le partage d’une vidéo de Joan rivers qui souhaite la mort des gazaouis. Première chose qui est Joan Rivers ? On me la présente comme une sale pute, une grosse conne…je tente de m’informer calmement. Pour ceux qui ont plus de vingt ans, je vous explique : C’est une actrice américaine morte à l’age de 81 ans, présentatrice de TV et grande spécialiste des dérapages les plus scabreux comme les plus drôles. Une vilaine mémé acariâtre qui s’autorise tout.

Citation drôle de Joan Rivers :

J’ai eu tant de chirurgie plastique que quand je mourrai, ils donneront mon corps à Tupperware

Citation scabreuse à propos D’anne Franck (elle blaguait souvent sur l’holocauste) :

C’est une écrivain à succès avec un livre. Un seul livre!, lâche-t-elle, Moi j’en ai écrit douze. Et vous l’avez lu ce livre? Il n’a même pas une fin correcte

Bref on peut lui reprocher beaucoup de choses, mais à sa mort pointer du doigt une vidéo amateure où une mamie provocatrice jusqu’à l’outrance verse sa haine sur Gaza. Je voyais peu l’intérêt. Comme je le disais, je suis mauvais en dialectique et la discussion avec mon amie était peu constructive. Chacun campant sur ses positions.

A la suite de ce mauvais débat (surtout venant de ma part), je me suis mis à réfléchir à mon utilisation de Facebook. Je ne connais pas 98 % de mes « amis ». J’utilise ce réseau pour partager les articles ou les artisteries que je ponds durant la journée. Tout est automatisé. J’écris et hop un article sur Facebook. idem avec mon lecteur RSS, quand une news m’interpelle, je partage via facebook ou twitter. J’agis de l’extérieur.

038

Cependant depuis quelques semaines, suite aux événements à Gaza, je me surprends à partager des liens facebook vers facebook sur le sujet. Idem, l’islamophobie rampante me consterne et il m’arrivait aussi de partager des news sur ce sujet d’autant plus que cette religion m’interpelle de plus en plus. De ce fait, de nombreuses notifications faisaient vibrer le mobile. l’addiction n’est pas loin, le piège à con se refermait…
On suit les actualités, on partage en cliquant rapidement…sans réfléchir !!. Bilan , une amie m’alerte que j’avais distribué de l’info islamophobe, Elle même se fait prendre au piège et balance des news issues de site proche de Soral…Bref c’est la panique totale et j’ouvre enfin les yeux sur quelque chose que j’avais oublié. Comme dit plus haut, Facebook c’est de la merde enrobée d’un joli papier cadeau. Une boite bien fermée, bien hermétique avec comme conséquence désastreuse le ralentissement de mon activité internet et la pause de mes projets. La cata ! Paradoxe. Je donnais de grandes leçons de morale à mes enfants : ne parlez pas à des inconnus, faites attention à ce que vous lisez..je me retrouve à partager un dessin humoristique de Croah.fr qui se révèle faire partie des guignolos de Dieudonné ou Soral. Il s’est passé quoi dans ma petite tête !! L’explication est toute simple. Mon ego démesuré qui est souvent sous contrôle a littéralement explosé. L’envie de me prouver des choses a pris le dessus ou plus simplement d’être aimé.

Le narcissisme naturel prend de l’ampleur sur facebook avec cette notion « d’aimer ». Les gens ne réfléchissent plus. Pour donner leur opinion, ils mettent leurs intelligences de côté et cliquent sur « like » avec la sensation d’avoir participé à un débat. Rares ceux qui commentent intelligemment. Dans ce désir d’être aimé je me suis même surpris à poster de vieilles artisteries rien que pour ressentir le plaisir d’avoir des likes. Pitoyable…Plus on a de likes, plus on est satisfait, plus on est le centre du…non pas du monde mais hélas d’une bulle. Car facebook est tout sauf internet.

A ce propos, quand mes articles de blogs sont postés sur facebook , rares sont les personnes qui ont la démarche de faire des commentaires sur le site pourtant ouvert au plus grand nombre. Pire certains likent mes articles mais n’ont même pas la démarche de lire le texte dans sa totalité en cliquant sur le lien, se contentant du court extrait dans facebook. Hallucinant. Les gens préfèrent restés dans un système fermé et propriétaire où on peut partager un film de décapitation mais rien sur le sexe. Ils réagissent à l’intérieur de Facebook. Ils préfèrent agir dans un système qui les utilisent tout en protestant contre les dictatures du monde entier. Il y a pourtant des moyens de sortir de ce système et d’agir sur internet qui est le réseau informatique mondial accessible au public. Mais cela demande un effort et Mark Zuckerberg l’a parfaitement compris. Facebook flatte l’ego immédiatement alors on partage sa vie à des inconnus et on like des infos venant de l’extrême droite sans s’en rendre compte, pris au piège, on a mis son cerveau sur Off. On clique « aimer » pour caresser dans le sens du poil.

Maintenant que j’ai bien craché dans la soupe, il n’y a pas que du négatif. parfois, on peut lire des débats constructifs dans des commentaires. des dialogues qui nous apprennent des choses sur nous mêmes et sur les autres. Passionnant !! j’en ai parlé récemment à une amie…

– ha super ! tu pourras me montrer le lien ?
– he désolé mais c’est sur facebook, sur un article et… tu n’es pas abonné , tu ne pourras pas en profiter. c’est bête.

Ce même débat enrichissant sur un blog ou un forum ouvert pouvait être accessible à tous.

Blague à part, certains de mes abonnements sur facebook sont passionnants. Sur 257 « amis », une dizaine m’apportent des informations enrichissantes que cela soit sur la musique, l’art ou l’actualité. le reste concerne des petites anecdotes entre collègues, du videogag dans années 80 et des petits coucous a là famille éloignée.

mon lieu d’expression est et sera toujours un site ouvert à tous. Faire l’effort d’écrire un article pour donner mon opinion apporte beaucoup plus qu’un survol rapide d’informations dont je ne connais pas les sources. Je vais agir à nouveau de l’extérieur en continuant à envoyer des liens de mes blogs ou de sites vers Facebook en espérant que les gens sortent de cette bulle. Tout est possible.

Laisser un commentaire