Je suis un marginal

J’ai lu avec intérêt l’article d’Autheuil sur la marginalisation des blogueurs. Plusieurs de ses remarques m’ont interpellé et je vais essayer modestement de donner mon opinion sur ce sujet.

Il faut arrêter de voir le web par le prisme des blogueurs, ce temps est révolu

Je pense que ce temps a existé uniquement dans l’esprit des blogueurs. Les notions de blogosphére , de blogueurs influents sont issus d’un petit cercle fermé de communicants qui a ensuite passé le plat déjà refroidi aux médias.
Sur internet, comme dans une cour de récréation, les modes se suivent et se ressemblent. Les systèmes de blogging a facilité la mise en ligne de contenus sans connaissances techniques. Peu de différences avec les vieux sites en gifs animés et tableaux de mise en page. Le reste est une question de goûts et de couleurs. les passionnés de scrapbooking seront rarement les mêmes lecteurs du blog d’Autheuil et réciproquement.
Avec les réseaux sociaux, une nouvelle étape est franchie. Aucun besoin de chercher un hébergement de blog ou de trafiquer un template. tout est uniformisé. seul le contenu (souvent aussi pauvre que les blogs) peut varier.

le web, c’est maintenant une affaire de professionnel, tant pour le commerce que pour la diffusion des idées

J’ai un peu de mal avec cette affirmation. Cet article ne parle que d’un petit microcosme. L’auteur parle des blogs avec contenus politiques mais cette vision me semble un tantinet élitiste. Les blogs ou les réseau sociaux ne sont qu’une petite partie d’internet. Le réseau est construit par le mail, les newsgroups, les forums…etc. Les choses les plus intéressantes se situent souvent sur la face cachée du iceberg. Visitez un forum est parfois plus instructif que de consulter un blog mais cela demande plus d’efforts et de vigilance.

213

Le « blogueur » est lu et vu s’il est repris par les sites de presse ou retwetté par un « forçat influent ».

Où est le problème ? L’objectif d’un blog n’est pas la course à l’audience à tout prix mais de s’exprimer et de partager. Si on ouvre un blog pour avoir de la reconnaissance, on se fourre le doigt dans l’œil.

214

plutôt que d’ouvrir un blog, devenez chroniqueur chez un pure-playeur. C’est ce que fait par exemple Jean-François Copé, en publiant régulièrement sur Slate. Moins contraignant et beaucoup plus efficace que de tenir un blog.

Oui, mais il faut être d’abord reconnu et à mon humble avis, participer à un pure-player c’est renoncer à l’indépendance que permet le blogging. En discutant autour de moi, les pure-players, blogs et autres ont autant d’impact qu’un pet dans l’eau. Pour les pure-players, l’efficacité est à revoir car je vois peu de différence avec un quotidien en ligne. Sans doute, un autre phénomène de mode pour attirer moults annonceurs.

Il ne faut pas oublier que pour une grande majorité des gens, le web concerne rarement les échanges d’idées. On y vient pour consulter les résultats du loto, la météo du lendemain et chatter avec ses petits enfants via messagerie instantanée. c’est d’ailleurs pour cela que facebook a eu autant de succès, il a concentré toutes ces conneries en une seule interface.
Quand les médias nous présentent la Tunisie, ou l’Égypte comme une révolution avec les réseaux sociaux, c’est un énorme foutage de gueule. Comme pour les blogs, on a repassé le plat froid aux médias (je vous conseille cet article concernant la pseudo révolution twitter ou autres.)

Hier soir, Eric Besson invitait un panel de blogueurs à venir diner au ministère. Comme toujours, beaucoup de réactions hystériques, pour un évènement qui finalement, n’apporte rien.

C’est le seul point de l’article avec le quel je suis d’accord.

Pour le reste, la marginalisation des blogueurs me convient parfaitement. J’ai effacé un nombre incalculable de blogs depuis Mai 2000. Souvent par lassitude, mais aussi en voyant les dérives avec l’apparition des loic le meur, Emery Doligé et autres. Depuis plus d’un an maintenant, je n’efface plus rien. Je suis marginal avec une audience minimale. ça me convient parfaitement.

Laisser un commentaire