Islamisme & islamophobie

Il se passe des choses pas très catholiques en France depuis quelques mois. Sur les réseaux sociaux, dans les autres médias, une guerre des mots a lieu. Un combat entre islamisme et islamophobie.

Islamisme (Wikipedia) : L’islamisme est un courant de pensée musulman, essentiellement politique, apparu au xxe siècle. L’usage du terme depuis sa réapparition dans la langue française à la fin des années 1970 a beaucoup évolué. Il peut s’agir par exemple, du « choix conscient de la doctrine musulmane comme guide pour l’action politique » – dans une acception que ne récusent pas certains islamistes –, ou encore, selon d’autres, une « idéologie manipulant l’islam en vue d’un projet politique : transformer le système politique et social d’un État en faisant de la charia, dont l’interprétation univoque est imposée à l’ensemble de la société, l’unique source du droit ». C’est ainsi un terme d’usage controversé.

Usage controversé…tout est dit. Dénoncer l’utilisation de l’islam comme instrument de terreur comme pouvait l’être le catholicisme durant l’inquisition semble logique. Le problème est que les médias français mettent tout et n’importe quoi dans l’islamisme. Au risque de le confondre avec l’islam. Pire, inconsciemment ou par bêtise, il laisse une porte d’entrée à un autre fléau plus vicieux : l’extrême droite.

Prenons un exemple tout simple. Le dossier de Marianne « les complices de l’islamisme »

134

Dans un dossier plus ou moins bâclé, l’hebdomadaire réussit l’exploit de ne donner aucune définition claire de l’islamisme et entretient un flou artistique entre l’intégrisme islamique et l’Islam qui sont deux choses diamétralement opposées. à lire l’article d’Acrimed. Je ne vais pas m’appesantir sur la polémique qui a suivi mais plutôt lancer une recherche sur internet. Après des liens classiques, on tombe bien vite sur les sites Fdesouche puis sur une video de Joachim Veliocas appartenant à Riposte laîque, un mouvement qui fleure bon l’extrême droite.
Plutôt que dénoncer l’islamisme, la magazine a donc apporté de l’eau au moulin des fachos de tous poils.

La confusion est telle entre islam et islamisme que des mouvements aintiracistes plutôt ancrés à gauche finissent par dire des conneries grosses comme des maisons. Pour le fun , je cite SOS racisme suite à l’attentat en Isère :

« Au milieu de l’extrême droite nationaliste et de l’extrême droite djihadiste, il existe un espace – précieux – à défendre et à étendre : celui du vivre ensemble, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. »

Je relis le début de la phrase. Non SOS racisme !! au milieu des extrême, il n’existe pas cet espace précieux. C’est hors de ces extrêmes qu’il existe. Ce flou artistique entre mouvement antiraciste et d’extrême droite posent un gros problème et fausse totalement le discours contre les intégrismes de toutes horizons.

Nouvel exemple avec avec le récent mouvement des femmes sans voile. 10 Juillet, une manifestation contre le voile islamique. Dans la foule on retrouve Mohamed Sifaoui , Zineb el Rhazoui de Charlie Hebdo…et..Michele Vianes collaboratrice de Riposte Laïque (encore eux) et Anne Sugier ex rédactrice de riposte laïque (tiens donc ?). Que foutent des opposants à l’islamisme avec des haineux anti-islam ? Mènent ils le même combat ? Comment dans ce cas pouvoir prendre parti et se faire une opinion claire quand le message est si brouillé.

En conclusion, la définition de l’islamisme est à géométrie variable et pose un gros problème en France. Plutôt que de dénoncer l’intégrisme, on pointe du doigt une religion. On y affiche sa peur et sa haine de l’islam…Au lieu de combattre l’intégrisme, on glisse vers l’islamophobie. Volontairement ou pas.

Islamophobie (wikipedia) : Le terme islamophobie « peut se définir comme la peur ou une vision péjorative de l’islam, des musulmans, et des questions en rapport ». Il existe néanmoins plusieurs définitions de ce terme, ce qui rend son usage problématique.

Ce qui rend son usage problématique…tout est dit.Pourquoi en France, est il si difficile de parler d’islamophobie. Cela va faire grincer des dents mais l’entretien de Laurence Ferrari et Tariq Ramadan décrit très bien le problème.

On voit donc un joli dialogue de sourd (reflet ce de ce qui se passe sur internet et ailleurs en France) mais il est intéressant de noter que dans les médias et aussi au gouvernement, le terme islamophobie est prohibé car utilisé comme si toutes critiques de la religion musulmane étaient interdites. N’importe quoi.
Cette confusion a la peau dure…comme cette intervention qui date du 17 juillet.

Pourtant, depuis les années 70 jusqu’au 11 septembre 2001, la situation a bien évolué dans la société française. Le racisme anti-arabe est devenu une haine de l’islam. Le fond est le même mais c’est la forme qui a changé. Critiquer une religion est plus facile que de pointer du doigt l’arabe qui vole le pain du français. Dans l’esprit du français , islam = arabe. La critique de l’islam comme religion permet de reprendre un discours anti-immigration. Bref, revoilà l’extrême droite.

Autour de moi, des amis musulmans me racontent  les petites vannes quotidiennes. Les blagues douteuses qui circulent, les couvertures ambiguës des magazines ici et . Oui être musulman en France n’est pas une chose facile.  Au boulot ou ailleurs, il m’arrive assez régulièrement d’entendre des horreurs sur les musulman(es).
Antisémitisme et islamophobie sont les branches d’un même arbre appelé le racisme. Tout simplement.

Pourquoi ce combat entre ces deux mots ? Avant tout par simplisme. Dans les médias, souvent peu de nuances et peu de débats contradictoires.  Désormais, la mode est à la pétition en tous genres…quitte à raviver un peu plus les tensions…ici on signe « touche pas à mon église », plus loin contre l’islamisme.

Que se passe t-il si on ne signe pas ? la réponse est rapide et d’une grande tolérance..

135

Si on ose dire que le port du voile n’est pas un problème, que la laïcité est avant tout le respect mutuel des croyances, on est pointé du doigt comme islamiste ou inconscient. Les dialogues de sourd que je peux suivre sur les réseaux sociaux sont assez pathétiques. Derrière ces polémiques à répétition sur l’Islam, on devine finalement un paravent qui cache des soucis bien plus graves : la crise et le chômage.  Tous les intégrismes et extrémismes pullulent en période de crise.

A mon humble avis, pour une large majorité des musulmans, des catholiques , des juifs, des bouddhistes, des laïcs nés ou vivants en France le vrai problème n’est pas d’utiliser ces deux mots ou la religion mais de gagner de l’argent et de vivre correctement avec ses proches. Et si on arrêtait les conneries et on s’attaquait aux vrais problèmes.

2 commentaires

  1. Un vrai travail d’investigation ! Bravo et merci pour ces explications sans langue de bois. On entend tout et n’importe quoi que ce soit dans les médias ou dans les conversations entre amis. Il est difficile de faire le tri entre le vrai et le faux pour celui qui a besoin de comprendre l’islam, les musulmans, les mouvements anti islam, les actes terroristes … Bref on s’y perd, on y comprend rien, les médias ne font que jeter de l’huile sur le feu. Résultat les tensions montent, certains deviennent plus méfiants, ou agressifs et d’autres s’écrasent se font plus discrets …. conclusion tout le monde a peur. Vivement que cette période se termine et que tous les français de toute confession puissent enfin vivre librement sans être montrés du doigt.
    Je sais c’est beau de rêver … A chaque époque ses boucs émissaires.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.