Human – Yann Arthus-Bertrand

Le film de Yann Artus-Bertrand est une suite de témoignages qui tente de brosser un portrait de notre humanité. Ainsi j’ai pu voir l’entretien de José Mujica – Président de l’Uruguay de 2010 à 2015. Comme expliqué sur le site « Il prône une philosophie de la vie axée sur la sobriété : apprendre à vivre avec ce qui est nécessaire, et le plus juste.  »

C’est émouvant mais le film est assez peu consistant, pas si humain. C’est le gros soucis quand on ne fait que dans l’émotionnel. Cela empêche de réfléchir. Ce qui frappe dans le film « Human » c’est qu’il est totalement dépolitisé, il peut donc plaire au plus grand nombre y compris aux pires pollueurs de la planète. Bref, à jeter à la poubelle.

Sans remettre en cause les témoignages du film, il est bon de s’intéresser à la production de ce film. Il est expliqué que c’est un projet collaboratif, libre et engagé. Premier hic, l’oeuvre est soutenue par la fondation Bettencourt Schueller. j’explique : Propriétaire de L’Oréal, il s’agit d’un des groupes les plus polluants du monde : transport de ses produits, emballages en surnombre, échappement dans l’air des produits chimiques, toxicité de certains produits de maquillages, tests sur les animaux. Vous voyez le topo ?
Cette fondation en produisant un film dépolitisé, s’achète une bonne conduite. Merci Yann.

Je suis très tatillon sur les droits d’auteur. j’ai donc lu que ce film était libre. Je lis que la fondation Bettencourt a produit cette œuvre cinématographique, dans l’objectif de la donner libre de droits à la Fondation Goodplanet , présidée par Yann Arthus-Bertrand (la boucle est bouclée). la question à se poser . est ce que chacun peut prendre des morceaux de ce film, en rajouter une partie ?
non je ne pense pas, yann arthus bertrand confond libre de droits et diffusion libre, ce qui n’est pas exactement la même chose.

Ensuite, il ne fait plus de place aux doutes suite à cet entretien du réalisateur sur le site reporterre.net. à la question :

La décroissance suppose-t-elle l’abandon de notre modèle économique capitaliste ?

il répond :

Je n’ai pas la solution, je ne sais pas. Aujourd’hui tout le monde a une idée sur tout ! Dans mon film, ce que dit le président Mujica, est l’exemple même de ce que l’on doit faire. C’est le seul homme politique présent dans mon film d’ailleurs. C’est le seul qui avait un regard intéressant.Arrêtons de remettre tout le temps la faute sur les autres, sur Total, sur les lobbys, sur le nucléaire. Arrêtons avec ça. (Il s’agace)J’aimerais que l’on parle de mon film, s’il vous plaît.

L’idée serait de penser que le réalisateur est un bisounours qui essaie d’émouvoir la planète. je ne vois qu’un cynique qui se fait du pognon sur le dos de la nature.

Laisser un commentaire