good old times

Fiévreux, je n’ai pas réussi à trouver le sommeil. Il est deux heures du matin. Je descends silencieusement vers mon salon, j’allume la télévision et je tombe sur un film érotique de 1974 « Célestine, bonne à tout faire »

Le pitch est le suivant : « Obligée de fuir de sa maison close à cause d’une descente de police, une jeune pensionnaire, Célestine, se retrouve à errer presque nue dans la campagne. Arrivée devant les grilles d’un château, elle pénètre dans la propriété. Elle est recueillie par Sébastien, le jardinier, qui va lui offrir une douce nuit dans la grange. Au matin, c’est au tour de Malou, le valet, de faire la connaissance de Célestine. Bientôt, toute la famille du Comte de la Bringuette ne pourra plus de passer de Célestine, devenue « Bonne à tout faire », et qui va faire du vieux château un véritable temple de l’amour. »

Je me suis laissé surprendre à suivre ce petit film de fesses qui prenait son temps entre deux scènes coquines. Les acteurs sont mauvais mais l’ensemble kitsch est une vrai bonheur. Les comédiens ont du bien se marrer pendant le tournage.
Ça me fait prendre conscience que de nos jours la pornographie n’a plus rien de drôle. On a sombré dans le porno zapping où on atteint l’ejac’ faciale cradoque en 5 minutes. Plus de jolies touffes mais des sexes glabres. Plus de coquineries mais du gonzo trash à vomir. Pire, je trouve que la pornographie actuelle montre la régression de la cause féminine. La femme n’est plus un simple objet de désir mais de torture en tous genres. On la plie, on l’étire, on la pénètre violemment…Bien sûr toute la production porno n’est pas trash mais quand on surfe sur les sites, on finit plutôt par avoir une mine de dégoût que de plaisir. Quand je pense aux gamins qui voient ces films, j’ai un peu peur de leurs visions de la sexualité.

Au final, je suis une fois de plus en mode vieux con en pensant au bon vieux temps de la pornographie. Ce petit film a été aussi l’occasion de re-découvrir l’actrice Lina Romay qui était un joli brin de fille.

0201

Laisser un commentaire