Enquête exclusive…

Parfois, je me lance des défis fous, sans doute l’envie d’émotions extrêmes…j’ai décidé de regarder l’émission de Bernard de la Villardière sur M6 consacré à Saint Denis. Cette ville attire souvent l’attention du Figaro, de valeurs actuelles…donc il fallait que je regarde avant d’émettre une opinion. Attitude plutôt rare de nos jours, car on gueule beaucoup sur les réseaux sociaux sans s’être informer. je lance le générique…c’est parti…

Le thème de la soirée « Saint Denis la ville aux deux visages » Je sens que je vais me marrer…

l’intro

« saint Denis au cœur du département du neuf-trois » Cela commence mal avec l’utilisation de cette expression « le neuf-trois ». Il y a du mépris dans cette expression utilisée avant tout par les rappeurs pour dénoncer misère et problèmes de quartiers. c’est très mauvais signe quand un journaliste l’utilise.

D’ailleurs il continue « un département de sinistre réputation en raison d’un taux de chômage et d’un niveau de criminalité record, c’est à saint Denis que les tueurs du 13 novembre avaient trouvé refuge » Alors quand j’écoute une telle phrase on se demande si les habitants de Saint Denis ne sont pas complices d’avoir caché les terroristes. Bravo pour l’image de la ville au bout d’à peine deux minutes de reportage. Le journaliste explique ensuite que certains (la municipalité et des habitants aisés) « ne ménagent pas leurs efforts pour tenter de renverser le destin » hé oui le destin de Saint Denis c’est la merde ! c’est la violence et des assistés. La route est longue.

Le reportage

Pas le temps de respirer, on attaque directement avec les urgences de l’hôpital où le week-end un quart des patients viennent pour des coups et blessures et règlements de comptes. Bien sûr on ne parlera pas des manques de moyens dont manquent les hôpitaux nationalement. On est là comme au safari, pour voir de la misère humaine.

et de la misère , on va en voir. Avec ce patient, sous alcool, et victime d’une agression…

Ce docteur soigne d’ailleurs souvent des plaies par arme blanche et des blessures par balle… »cette situation est propre à Saint Denis ?  » interroge la journaliste.

– non mais c’est plus fréquent.

Hop le reportage s’oriente vers une autre agression…une femme que l’on a frappé avec une barre de fer. Scène digne de la série « urgences » ça pleure , c’est douloureux c’est bon pour la caméra coco !!

et la conclusion :

On quitte l’hôpital, un plan d’ensemble de la ville on aborde le stade de France, la basilique qui abrite les tombeaux des rois de France…cool le reportage va aborder l’histoire. Un peu de pédagogie pour découvrir la ville chic ! chic ! Plan sur l’école de la légion d’honneur qui ….

« tranche avec le reste de la ville ». Punaise la respiration positive a duré dix secondes. « Saint denis est une des villes les plus pauvres de France… »

« …qui compte le plus d’immigrés par habitant » et bien sûr dans enquête exclusive, immigrés = musulman avec un joli plan direct dans une mosquée.

Le reportage continue, aborde les entreprises, les transports puis la voix off balance cette phrase « la ville offre un fort potentiel » waouh !! une phrase sympa, on va sûrement aborder des points positifs. Fausse joie dans la seconde qui suit « pourtant son taux de chômage à près de 24 % est le plus élevé du pays »

10 minutes de reportage, que de la noirceur. Aucune explication, on visionne la misère. point barre. On dirait un sketch mais dès que la voix off balance un truc positif , elle le contrebalance tout de suite avec de la bonne merde avec une pincée de communautarisme et de violence. C’est très éprouvant. J’appuie à nouveau sur lecture…

hop direct on voit le maire adjoint , fervent musulman modèle de réussite. Vous pensez que l’on va s’intéresser à son parcours ? découvrir la force de l’école de la république ? ha bah non…cet adjoint au maire permet d’embrayer sur les 130 nationalités et on attaque avec les commerçants attristés par tous ces étrangers et surtout musulmans.

le charcutier va hélas revendre à un musulman…

puis on enchaîne sans logique au trafic de drogue..

Bon, je me laisse aller. on finit par s’habituer à ce yoyo illogique. Le reportage aborde l’immobilier..avec Sophie agent immobilier avec des logements luxe au sein de cette ville. Elle vit dans un splendide loft de 200 M². elle fait la visite d’un appart et…on visite la rue la plus criminogène avec cette phrase de l’agent immobilier.

« Il y a trois règles à connaître à Saint-Denis. On évite de sortir son iPhone dans la rue, on a tendance à avoir le sac en bandoulière, et puis en voiture on ne laisse pas son sac à main sur le siège passager et après on est tranquille « 

pour apprendre plus de choses sur Sophie, vous pouvez cliquer ici. c’est une opposante à la mairie.

– Vous vous sentez comment dans cette ville ?
– on parle des minorités visibles…c’est nous là un peu la minorité visible.

Effrayant. les bons blancs qui ne veulent pas que les autres soient trop visible. Au secours.

Pause fraîcheur avec la visite de l’appartement. Bizarrement, j’ai peur de la suite. Je rappelle le principe que j’ai repéré depuis le départ. pour 20 secondes de positif, 5 minutes de merde. ça arrive vite. un appartement sans parking à Saint Denis égal des rétroviseurs cassés. Malgré cela on a quand même une séquence à la Stéphane Plaza.

mais Sophie, opposante à la Mairie de Saint Denis, est confronté à un nouveau problème…le centre de la ville s’est transformé avec des magasins halal et communautaire…

c’est la séquence « Islam qui fait peur » c’est parti mon kiki en caméra caché…avec magasin de voile intégrale interdit en France (la voix off le souligne)

en fait, le reportage s’intéresse au marché du halal sans en donner une seule définition. Bref, on va mettre en avant des cons qui exploitent un marché, un peu comme l’industrie de la bougie à Lourdes, le Halal aborde tout et n’importe quoi. Dans un salon esthétique, on refuse l’épilation car cela provoque le cancer du sein. la voix off parle des lois de l’islam. Le discours choque mais ce qui me choque le plus c’est que la voix off ne précise pas que ces bêtises n’ont rien à voir avec l’islam mais tout à voir avec la connerie. Bref aucune pédagogie, on laisse le spectateur dans son ignorance et certains croiront que les musulmans suivent ces règles absurdes. c’est honteux !!

Après le quartier communautaire, on se retrouve dans une cave à vins, on passe du halal crétin au jaja et saucisson symbole qu’adore des mouvements comme riposte laïque proche de l’extrême droite. Pourtant pas de fachos ici mais des bobos.

21 minutes, on retrouve notre charcutier.« si je devais vendre ça deviendrait une boucherie musulmane je pense…j’attendrais longtemps le gaulois »

les gens sont tristes. pas d’explication sur les commerces, uniquement des « on était mieux avant mon bon monsieur… » on bifurque vers le marché de saint Denis mais avec un bémol « les étrangers vont plus vers leurs commerçants à eux… » on va enfin aborder la mairie communiste depuis un siècle sur Saint Denis…

on retrouve hakim l’adjoint au maire qui célèbre des mariages..on a enfin le parcours de cet adjoint français né en Algérie qui va marier un couple de français….d’origine maghrébine. oui moi par exemple je suis français d’origine de seine saint denis. c’est toute la différence.. on est français mais d’origine avec « enquête exclusive »

alors attention, j’assiste à un instant positif avec ce mariage, je m’accroche à mon siège la descente va être rude. alors le maire adjoint est heureux à Saint Denis car « …il peut pratiquer sa religion comme il l’entend…un islam sunnite modéré » Pause. c’est quoi un islam sunnite modéré ? y a t-il des catholiques modérés ? des protestants modérés ? On ne va trop insister , le téléspectateur n’apprendra pas la nuance….Petit tour dans une restau halal où on aborde succinctement la discrimination des femmes qui portent un voile. cela dure 1 minute puis on découvre le projet d’Hakim : ouvrir la plus grande mosquée du département. Le financement de cette construction est assuré pour une grand majorité par des français mais !!! 15 % vient de l’étranger ! c’est énorme !! le discours de l’imam et de l’adjoint au maire est très clair. Construire une mosquée pour enlever les ambiguïtés et éviter à des personnes d’interpréter les textes dans l’excès. c’étaient les trois minutes positives…la voix off balance que la forte présence de population étrangère pose problème…Retour à l’hôpital.

On assiste aux rendez-vous dans les maternités avec la barrière de la langue arabe qui pose problème.

Ensuite vient le problème de la laïcité à l’hôpital avec les contraintes des patientes qui ne veulent pas être examiné par des hommes. « Ces demandes sont minoritaires mais pas exceptionnelles » dit la voix off. quelle est la nuance ? cette phrase est elle prononcée pour donner une impression de grand phénomène ? La laïcité n’est pas négociable dans un hôpital public (commentaire personnel : et c’est très bien ainsi) une discussion se poursuit avec le docteur sur des demandes minoritaires. « exercer le métier de médecin a saint Denis c’est se confronter à des problèmes de culture et à l’extrême précarité » avec une musique super angoissante. il est 20 heures…on va revoir la violence des nuits à l’hôpital..rebelote un ivrogne qui a été agressé comme au début du reportage.

Derrière cette violence, on découvre les trafics de drogue…le centre ville c’est le royaume du crack, l’équipe de reportage suit Isabelle une accro à cette drogue qui vit dans un couloir. Peu de chiffres sur le nombre de toxicomanes…peu d’explication..visite en caméra cachée du squat vendant la drogue…on passe ensuite au travail de la police.

Course poursuite en caméra cachée pour attraper les dealers..Nous n’apprenons rien. pour aborder les quartiers d’affaires. Ce qui pourrait positif, sera une fois de plus anxiogene car les entreprises doivent prendre des mesures de sécurité.

Reportage sur la cité du cinéma…agréable de découvrir ce lieu totalement isolé du reste de la ville. Bref, le CAC 40 s’installe mais a peur de Saint Denis. On bifurque vers le travail de la municipalité sur les marchands de sommeil..et on suit un ancien trader qui a investi dans l’immobilier et qui s’en mord les doigts. Le fait qu’il fasse partie de l’opposition à la municipalité n’est pas précisé.

retour à l’inauguration de la mosquée aboutissement de dix ans de travail pour l’adjoint au maire. avec des élus locaux qui sont présents à ce pot.

cette dernière précision est intéressante car quand on lit la prose de mouvements comme le printemps républicain et aussi du FN, on pointe souvent du doigt la collusion entre les élus locaux et l’islamisme rampant. L’image ici est parfaite pour apporter de l’eau à leurs moulins..plan sur la mosquée après avoir abordé le radicalisme religieux. Fin du reportage avec cette phrase :

« Entre violence et pauvreté les défis sont encore nombreux pour que 110000 habitants parviennent à vivre ensemble »


Regarder ce reportage spécialement pour écrire cet article a été passionnant pour plusieurs points.

  1. Le portrait de saint Denis est complétement à charge. on n’apprend strictement rien.
  2.  La moindre nouvelle positive est aussitôt balayée par un propos anxiogène.
  3. le témoignage de personnes faisant partie de l’opposition de l’actuelle mairie, sans que cela soit précisé,  est malhonnête.
  4. cette présentation d’un islam superstitieux et obscurantiste sans aucun propos d’un imam qui vienne dénoncer ces conneries est aussi malhonnête. Bref du grain à moudre pour les anti-musulmans. Bravo M6.
  5. la vision de ce documentaire a été éprouvante.  Pas d’espoir alors que je pense qu’il y a de très nombreuses initiatives en seine saint Denis et donc aussi dans cette ville où l’on découvre une solidarité entre habitants et des initiatives culturelles qui n’ont même pas été abordées.

Ma conclusion : « Enquête exclusive » est une émission de merde.

Laisser un commentaire