Docteur Poche

Séquence nostalgie. 1977. Lecteur du magazine « spirou », je suis le grand fan de la série « docteur poche » dessinée par Wasterlain. Ce docteur gagne le pouvoir de voler grâce à son manteau et vit des aventures fantastiques pleines de poésie. Un vrai enchantement pour l’imagination.

246

Le souvenir le plus émouvant concerne l’histoire « karabouilla » Docteur Poche raconte son enfance avec son frère de lait et la rencontre avec Thi-Hué la petite Vietnamienne. Il découvre alors le racisme, l’amour et la tristesse suite à un quiproquo du à la jalousie. La petite vietnamienne meurt dans un accident de voiture. 1977, j’ai donc 9 ans. Je pense que c’est la première fois que j’ai été confronté à la mort dans une bande dessinée. L’émoi a été très fort.

En me baladant dans ma librairie préférée à Vincennes, je réalise que les éditions Dupuis proposent l’intégral du « docteur poche ». L’espace d’un instant, j’ai cru que l’enfant de 1977 reprenait le contrôle de mon esprit quarantenaire. Mieux, en feuilletant la page 97, je retrouve la même émotion ressentie il y a 33 ans devant « Karabouilla ». A nouveau, l’envie de pleurer. Magnifique pouvoir d’une histoire si simple. les yeux humides, j’ai acheté le livre. Prochaine étape : Acquérir la série des « centaures » de Pierre Seron…l’objet d’un prochain article.
Je vous laisse, je replonge en enfance. A bientôt !

Laisser un commentaire