Trois ans après

Quand on approche cette date fatidique du 7 janvier, television et journaux reviennent sur ce terrible attentat de Charlie Hebdo. Ce matin, je lis des témoignages de rescapés, l’émotion est toujours aussi forte. Des personnes brisées, la peur au ventre. Loin, dans mon petit confort de mon appartement, l’impact de l’attentat est moins violent, j’ai uniquement perdu des repères. Cabu et Georges Wolinski ont bercé mon enfance, m’ont fait entrer dans l’age adulte. Leurs libertés de ton, leurs provocations m’ont insufflé ce goût pour la liberté. Liberté de penser. Ils sont morts mais m’ont apporté cette richesse que je continue d’exploiter.

Trois ans après,je ne suis toujours pas Charlie. A la base, c’était un slogan qui exprimait notre attachement à la liberté d’expression pour laquelle journalistes, dessinateurs, policiers…etc..sont morts. Mais très rapidement, j’ai refusé cette appellation grâce notamment à cette phrase brillante de Nathalie saint Cricq « Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie »

De plus, être Charlie est devenu un point Godwin à la française :

« Plus une discussion s’étend, plus il est probable d’y trouver une comparaison impliquant Charlie hebdo et les attentats »

Je ne compte plus les discussions où l’on me répondait que j’étais un traître à la nation car je n’étais pas Charlie. Des flots d’insultes. La leçon de ces impossibles débats.Sur mon compte twitter je bloque tout ceux qui sont #charlie #toujourscharlie car j’ai remarqué une chose terrible : ils ne sont pas respectueux de la liberté d’expression. Ils sont à l’opposé de ce que je prône : le respect des idées d’autrui, du débat, de l’échange. Ils sont à l’opposé de ce que m’ont appris les Reiser, Choron , Cavanna et les autres…ils ne sont pas bêtes et méchants, ils sont juste cons.
Car dans ce gloubi-boulga de « Je suis Charlie » on retrouve de tout : Cela va de la gauche de Manuel Valls à l’extrême droite. Figurez vous que j’ai même croisé un ancien para tendance FN me critiquer de ne pas être Charlie. J’imagine la tête de Cabu, antimilitariste convaincu voyant cet échange.

Cerise sur le gâteau, chacun y va de son hommage en louant des salles pour rendre hommage à Charlie avec places VIP. Beurk !

J’aurai toujours la tristesse d’avoir perdu mes héros de l’humour, j’aurai toujours la compassion en pensant aux victimes et aux rescapés de ces attentats mais jamais je ne pourrai dire que « je suis Charlie ».
Je préfère dire tout simplement que je suis républicain , démocrate et respectueux de la laïcité. je pense que ce message est plus clair pour les jeunes qui ne peuvent qu’être perdus avec un slogan aux interprétations multiples. De nos jours on a plus besoin de pédagogie que de récupération car ce sont ces nouvelles générations qui vont faire que ça passe ou ça casse dans les prochaines années.

Les certitudes

j’ai fait une pause de deux semaines de réseaux sociaux. je n’ai lu que les actualités via fil RSS. Retour sur Paris le mercredi 16 aout, connexion sur twitter avec mon nouveau compte, le constat est violent. En faisant défiler les listes de tweets, je n’ai lu que des certitudes. Sur tous les sujets : Politiques, religion, terrorisme…

On affirme, on colle des images venant d’un site non officiel en se faisant passer pour des spécialistes. On interprète des textes comme bon nous semble, on regarde une caricature en n’y voyant qu’un seul sens. Sur les réseaux sociaux, les gens sont fous. Le dernier exemple concerne Charlie Hebdo avec sa couverture.

Suite à ce dessin, une polémique est née sur twitter, chacun y allait avec ses arguments et surtout ces certitudes. Ce n’est un secret pour personne, je n’apprécie pas Charlie Hebdo depuis de nombreuses années. J’ai été biberonné avec celui de Choron, Reiser et Cavanna. Quand j’ai vu cette caricature, j’ai tout de suite su que c’était un dessin raté. Non pas parce que je suis spécialiste de la caricature mais parce que dans les minutes qui ont suivi son apparition, j’ai vu ça :

Les jours qui suivaient, certains défendaient la caricature au nom du droit au blasphème, d’autres citaient des sourates en islamologue avertis, certains faisaient des statistiques sur le nombre de couverture consacrées au catho ou autres par rapport à l’Islam pendant que d’autres criaient à l’islamophobie. Tout pouvait se tenir. sauf qu’à mon humble avis, une caricature qui peut être reprise par un site d’extrême droite, cela pose un sérieux problème et cela s’appelle un dessin ratée. Tout simplement.
Siné aurait crevé la bouche ouverte plutôt que de voir un de ces dessins repris par le journal facho « minute ». On vit dans une autre époque où les frontières entre gauche et droite, entre fachos et laicistes sont de plus en plus étroites. c’est un sacré bordel.

Depuis le 16 aout, j’ai vu ainsi plusieurs polémiques se succéder. Toujours le même sujet : l’islam, les musulmans, le danger d l’islam politique…fatigant. Mais une chose m’a rassuré. Quand je suis retourné au boulot , j’ai constaté un truc avec les premières discussions à la machine à café. Personne ne parlait de Charlie Hebdo et des autres polémiques. Cela tournait plutôt sur les salaires, le chomage et le pouvoir d’achat. A croire que les réseaux sociaux et le monde réel sont deux univers différents. Heureusement.

Donneurs de leçons

cela fait dix jours que je n’ai pas pondu un article sur ce blog. Pourtant, il y a beaucoup de matières pour se scandaliser et être en colère. Le problème est là, il y a trop de scandales ou d’abus, on ne sait plus où donner de la tête.
Au fur et à mesure des années écoulées, j’ai remarqué que les français ont une propension à donner des leçons aux pays étrangers ou à d’autres cultures. Comme si on détenait une vérité.
Force est de constater que cela est complétement faux. Pire, la France n’est pas un exemple mais une sorte de pays honteux où s’enchainent inégalités et corruptions en tous genres.
Souvenez vous de Cologne ? Le 31 décembre dernier, une vague de violences sexuelles perpétrées à Cologne et dans d’autres villes a scandalisé l’Allemagne, alors aux prises avec un afflux sans précédent de demandeurs d’asile. Nos hommes politiques se sont empressés d’accuser les migrants de ne pas respecter les femmes, comme François Fillon qui avait sorti cette phrase collector :

« Faut-il rappeler aux sauvages qu’en Europe les femmes ne sont pas des objets qu’on violente ou qu’on couvre de noir ? ».

Plus tard, il y avait ce responsable d’une organisation humanitaire musulmane qui avait refusé de serrer la main des femmes sur un plateau. Une fois de plus, une vague de protestations nous a agité. On nous disait que ces musulmans étaient des êtres barbares qui ne respectaient pas les femmes. En France, on a une grande tradition féministe, sauf que…

En fait pas du tout. On réalise que notre beau pays démocratique n’est pas plus évolué qu’un autre. Dans notre beau pays, la soumission de la femme à l’homme est invisible. Bien cachée, non derrière un voile mais derrière une omerta..un silence pesant. On harcèle, on plaisante lourdement, on violente des femmes dans les instances de la politique. mais on ne dit rien jusqu’à aujourd’hui…

L’affaire Denis Baupin est révélatrice. Voici un responsable politique qui a un discours féministe sur twitter et sur les plateaux de télévision, et qui dans sa vie privée est un lourdaud qui harcèle les femmes. Imaginez cette schizophrénie où des hommes politiques parlent des droits des femmes et dans leur quotidien ne les respectent pas du tout (voir la video de l’assemblée nationale de mon article sur le voile)

362

Ces hommes politiques si prompts à critiquer les quartiers populaires où, selon eux, les femmes ne peuvent pas s’habiller comme elles veulent avec les affaires de la jupe….etc…et soudainement on réalise, comme dit Nathalie Kosciusko-Morizet , « qu’en politique, on s’habille de manière très sobre pour éviter les commentaires ».

Justement bravo à ces femmes qui osent casser le tabou ! oui en France ..des femmes se font harceler, menacer…je pense sincèrement qu’au lieu d’être des donneurs de leçons, nos hommes politiques devraient se regarder dans un miroir. Il y a encore beaucoup de travail pour le droit de femmes en France !!!

La jupe & les excès

Nous traversons une époque inquiétante. Tout est prétexte à jeter l’opprobre sur une partie de la population française. Dernier exemple : l’affaire de la jupe de Gennevilliers. Nous avons connu le même type de fait divers avec l’affaire du maillot au parc Léo. mais cela ne sert pas de leçon.

L’histoire est simple. Dans le tramway à Gennevilliers, une altercation a lieu entre adolescentes, vidéo à l’appui, on voit une gamine se prendre des coups. Premier élément de l’enquête, c’est à cause de sa jupe. Les esprits s’enflamment aussitôt (comme au parc Léo) , il s’agit d’une police des mœurs qui empêche une jeune femme de s’habiller comme bon lui semble.
Aussitôt des élus ou des journalistes montent au créneau. Nous retrouvons Céline Pina et Amine el-khatmi.  Pas de réflexion, pas de délais d’attente , l’objectif est de réagir rapidement pour taper vite et fort sur l’Islam.

On commence par Céline Pina, ancienne conseillère régionale PS dans le Val-d’Oise, un peu, très légèrement obsédée par l’islamisme. Il suffit d’aller sur son compte twitter où elle poste 24/24 des tweets sur l’islam..un exemple avec cette intervention sur Europe 1 où elle dit « Des femmes n’ont pas les mêmes droits » dans certains quartiers »

quels quartiers ? quelles villes ? on en saura pas plus. Des personnes avec des noms à consonance maghrébine lui ont raconté que…on n’est donc pas loin des brèves de comptoir. Après l’altercation de Gennevilliers, Céline Pina poste ceci :

357

Quand plus tard, les journaux décrivent l’altercation et précisent qu’elle ne revêtait toutefois aucun caractère religieux. Je me suis amusé à retourner sur le compte Twitter de Celine Pina pour voir une mise à jour ou un Mea culpa. Rien. Donc une ancienne élue d’une ville, qui écrit un livre sur l’islamisme rampant en France , se trompe et ne fait aucune modification sur ses propos. Ces meilleurs supporters diront sans doute que la presse ment.

On retrouve aussi notre élu d’Avignon, Amine El-Khatmi, qui part totalement en sucette sur ce sujet :

358

Certains twittos lui expliquent que c’est un fait divers sans motif religieux. Il persiste et signe en balançant une image prise sur un compte twitter un peu douteux. Respectant le debat et notre belle démocratie, je me décide donc de lui poser une question le 24 avril.

359

Hélas, comme ma première question du 30 janvier, je n’aurai aucune réponse. En résumé, ces personnes qui luttent contre l’islamisme utilisent des moyens de communication pour matraquer de fausses news, pour vendre un livre pour l’une, faire du buzz pour l’autre.

Cet incident de la jupe montre bien les excès dans lesquels nous sommes tombés. Combiné avec le flux d’information incontrôlé des réseaux sociaux, journalistes et politiciens ne prennent plus le temps de réfléchir pour décrire l’actualité mais pour avoir raison et alimenter leur fixette sur l’Islam. C’est le cas avec le journal Marianne qui poste cette information le 29 Avril à propos du mouvement Podemos :

360

Du pain béni pour Marianne dont le combat contre l’islamisme rejoint le même manque d’objectivité que les personnes citées plus haut (souvenez vous déjà en juillet 2015) . Sauf que, l’information était fausse et que le journal a été obligé de faire un violent rétropédalage.

361

cette mise au point est intéressante. je propose à Celine pina et Amine El-Khatmi d’écrire ceci :

nos tweets relève plus d’une volonté de discréditer les musulmans que de prendre en compte des faits établis

ou mieux, ils peuvent écrire des tweets ou des textes avec des faits établis et des exemples authentiques avec preuve et non pas des diatribes lancées sur le réseau qui ne font qu’alimenter une division dont notre pays n’a vraiment pas besoin.

Lutter contre les pauvres

356

il y a des initiatives qui sont révélatrices d’une anomalie politique que l’on subit depuis plusieurs années. Le scandale du « Panama papers » a révélé des informations concernant plus de 200 000 sociétés offshores immatriculées dans 21 paradis fiscaux, « de Hong Kong au Nevada, aux États-Unis ». Des sociétés rattachées à près de 450 000 actionnaires, comptant aussi bien des célébrités, politiques, banques, chefs d’État ou homme d’affaires. Des milliards d’euros qui auraient pu bénéficier pour construire des écoles, rénover des quartiers s’échappent de la France. Bref, de l’argent en moins pour lutter contre la pauvreté.

On se dit logiquement que nos politiciens vont se saisir de ce scandale et réagir. Je suis donc très fier de l’initiative de Bruno Le Maire qui veut que les départements regardent les comptes bancaires des bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) avant de leur verser leur allocation. Petit rappel :

Le revenu de solidarité active (RSA) assure aux personnes sans ressources un niveau minimum de revenu variable selon la composition du foyer.

il vaut mieux lutter contre les pauvres que contre la pauvreté. Il est plus facile de combattre les citoyens qui veulent disposer de ressources suffisantes pour vivre correctement que de lutter contre les multinationales détournant des milliards. Bravo Bruno ! on sent que les élections approchent.

Non-événement

355

Je suis toujours impressionné par la capacité de réagir sur des non-événements. Hier, tremblement sur les réseaux sociaux, un groupe d’étudiantes de Sciences Po Paris organisait un Hijab Day. Rien d’extraordinaire un initiative pour réagir contre les préjugés sur ce tissu  et qui demandait à ceux qui le souhaitent à « se couvrir les cheveux d’un voile le temps d’une journée ».  Le journal « le monde » décrit bien cette démarche. Sauf que..sur internet règne une forme de folie où personne ne réfléchit et on s’emballe à discuter sans fin. Des personnes souhaitent interdire cette initiative. Je réagis (Rappel : mon pseudonyme est Bobig)

353

Je relis l’article du monde, je relis ce dialogue sur twitter et je découvre une fois de plus ce décalage entre les réseaux sociaux où ne résonnent que passions et diatribes et la réalité du terrain. Bref rien de nouveau, comme cette chronique le démontre bien avec humour.

Deuxième non-événement : Joey starr a mis une baffe à un chroniqueur (Gilles Verdez) de l’émission « touche pas à mon poste ». Pour le coup, je n’ai pas eu a force de chercher les réactions sur les réseaux sociaux mais c’était là aussi hallucinant d’inanité. Le lendemain, Cyril Hanouna a réussi à faire une émission de deux heures sur ce sujet. Sur du vide. Une performance !

Puis, au milieu de ces tempêtes médiatiques, je regarde l’actualité, et je remarque un titre de presse. Soudainement, j’ai un peu honte.

354

Dormez tranquille, combattez le voile derrière votre écran, défendez Gilles verdez sur les réseaux sociaux, pendant que des milliers de personnes meurent en méditerranée. On s’en fout, ils ne sont pas français.

Finkie à République

Une video se transmet de réseau en réseau depuis quelques heures. On y voit Alain Finkielkraut insulté de « facho » et chassé de la Place de la République.

Cela ne vole pas haut et ne symbolise pas le mouvement #nuitdebout mais la manœuvre de notre réactionnaire préféré est intéressante. Premier constat, il est peut être totalement décroché de la réalité du terrain mais ce n’est pas un homme naïf. Il savait à quoi il pouvait être confronté. D’ailleurs les réacs de toute la France ont réagi avec un sens de la modération exemplaire.

352

Deuxième constat ou plutôt prévision, notre philosophe va pouvoir pleurer à la télévision ou radio. Montrer du  doigt ce mouvement en l’accusant de toutes les intolérances (comme son ami Rioufol ci dessus)

Pourtant il y avait une solution toute simple.  Il suffisait de  filmer Alain Finkielkraut et de lui poser des questions de fond sans Davis Pujadas pour lui sauver la mise ou le réalisateur pour couper la parole des intervenants. A mon humble avis, il serait parti de la place de la république sans quolibet et la queue entre les jambes. Occasion loupée.

Nuit debout

je suis en mode vieux con mais j’ai une méfiance terrible envers les mouvements citoyen. Suite aux manifestations contre la loi El Khomri, le 31 mars, des personnes se sont rassemblées place de la République  leur mouvement s’appelle #nuitdebout, voici leur manifeste :

« Sais-­tu ce qui se passe là ? Des milliers de personnes se réunissent Place de la République à Paris, et dans toute la France, depuis le 31 mars. Des assemblées se forment où les gens discutent et échangent. Chacun se réapproprie la parole et l’espace public.

Ni entendues ni représentées, des personnes de tous horizons reprennent possession de la réflexion sur l’avenir de notre monde. La politique n’est pas une affaire de professionnels, c’est l’affaire de tous. L’humain devrait être au cœur des préoccupations de nos dirigeants. Les intérêts particuliers ont pris le pas sur l’intérêt général.

Chaque jour, nous sommes des milliers à occuper l’espace public pour reprendre notre place dans la République. Venez nous rejoindre, et décidons ensemble de notre devenir commun. »

Côté professionnel ,quand je faisais une prise de parole , les gens n’étaient pas du tout intéressés par cette loi, mais plutôt pour une augmentation de salaires. J’avais pourtant bien préparé les dossiers pour expliquer les risques sur le code du travail. Rien. Bien sûr, je ne fais pas de mon cas personnel une généralité mais je sentais bien que la mobilisation syndicale s’essoufflait assez rapidement. Les manifestations étaient l’expression d’un ras le bol plutôt qu’une mise en cause d’une loi. Un gloubi-boulga de revendications.

Au début, j’ai suivi #nuitdebout via twitter. Sans enthousiasme. Etais je aussi désabusé que mes collègues de bureau ? Pour tout vous dire, je trouvais ce mouvement citoyen trop propre. Force de proposition, mais aucune nuisance. L’époque est tellement à la méfiance de la récupération politicienne que l’on finit par renoncer à participer ou à militer. Pourtant quand on entend les débats, cela peut être parfois passionnant mais il manque quelque chose .Mon impression est que cela ne concerne pas trop la banlieue, mais le milieu parisien. Je pense que le jour où jeunesse de banlieue et celles des capitales seront un seul et même mouvement, cela pourra devenir très fort.

Place de la république donne l’impression d’être un mai 68 mais sans la révolte, uniquement avec des slogans. Bref, François Hollande ne quittera pas le pouvoir par anticipation grâce à cette colonie de vacances.
D’ailleurs l’alerte a été donné le 10 avril avec cet entretien de Nathalie Kosciusko-Morizet « Il faut aller place de la République » Au secours ! c’est le debut de la fin.

351

Putain de voile

348

Je suis partagé entre deux attitudes. Fermer ou ouvrir ma gueule. Depuis plusieurs semaines, on m’agresse. Les remarques vont de la prétention, au gauchiste, en passant par la case islamiste, complice des terroristes. Je pense que je vais arrêter d’aborder ce sujet sur les réseaux sociaux et me borner à faire un copié/collé de cet article.

On rappelle « rapidement » les faits.

1989 à Creil dans l’Oise, deux adolescentes refusent de retirer leurs voiles à l’intérieur de collège. Ceci étant contraire aux règles de la laïcité, il fallait une décision ferme, pas de voile dans l’école républicaine. Au lieu de cela, une polémique enfle. SOS racisme s’en mêle. Malek Boutih, alors vice-président de SOS Racisme, trouve « scandaleux que l’on puisse au nom de la laïcité intervenir ainsi dans la vie privée des gens, malmener les convictions personnelles » (source wikipedia). Je vous passe les détails mais déjà à l’époque, les médias s’emparent de ce petit phénomène et le transforme en débat de société. Avec une confusion entre immigrés et musulmans, des journaux comme France Soir feront leurs titres sur le nombre d’immigrés en France, « ce qu’ils coûtent et rapportent à la sécurité sociale », leur « taux de fécondité » et leur « taux de criminalité ».
Le grand n’importe quoi est lancé avec une erreur fatale , une circulaire du ministère de l’éducation statuant que les enseignants avaient la responsabilité d’accepter ou de refuser le voile en classe, au cas par cas. Alors qu’il fallait tout simplement refuser tous signes de toutes religions confondues. On paie encore cette erreur de 1989. A l’époque, je me contrefous de cette polémique. j’ai des choses plus importantes en tête. je foire mes études et le voile est le cadet de mes soucis.

Un an plus tard a lieu le première guerre du Golfe. Pour empêcher l’invasion du Koweit par Saddam Hussein, une coalition attaque l’Irak. Plus d’infos ici. A retenir : «  En tout, on estime en général le bilan de 50 000 à 130 000 morts chez les civils, dont plus de 30 000 dans l’insurrection en Irak de 1991 après le cessez-le-feu. Une source non confirmée, la Bibliothèque des Émeutes, annonce un bilan de 750 000 morts dans cette guerre civile. » L’image de l’occident commence à se dégrader.
A la même période, j’étais au service militaire où j’ai assisté à une scène qui m’a marqué. Un appelé français d’origine algérienne, travaillait dans le même bureau que moi. Un jour, un engagé s’approcha de lui et dit « toi si jamais on part à la guerre du Golfe, tu es le premier que je tuerais » A cet instant, j’ai percuté que la France avait un sacré problème à résoudre.

1995, une série d’attentats secouent la France. Une sale année où la France est touchée huit fois par le groupe islamique armé qui sème la terreur depuis l’Algérie. c’est la première fois que l’on voit la notion de salafistes en occident. De mon côté, cela fait deux ans que j’ai quitté le quartier de la Boissière (93130). En allant voir mes parents, je remarque des changements vestimentaires en même temps que se propagent des paraboles satellite sur les balcons des cités. Je vois des barbus, peu nombreux, qui discutent. Ils prêchent la bonne parole. les parents sont rassurés, ils ont sans doute la sensation que cela cadre leurs gamins. L’accès aux télévisions du monde entier ouvre la France à d’autres horizons. Les enfants d’immigrés de seconde génération peuvent voir la télévision du bled ou d’Arabie saoudite, alors qu’ils n’avaient pour modèle que des émissions où ils étaient peu représentés. Le monde commence à se rétrécir.
1995, c’est l’année où il y a un véritable constat d’échec pour les politiques de la ville. Pour mémoire, on avait eu Bernard tapie ministre de la ville ce qui démontre l’intérêt que portait les socialistes aux banlieues. Le film « la haine » de Mathieu Kassovitz tire la sonnette d’alarme. Mais tout le monde semble s’en foutre. Le terrain est prêt pour l’exclusion avec la jolie expression de jacques Chirac, datant de 1991, qui trotte dans toutes les têtes : le bruit et l’odeur. On pointe du doigt l’immigré source de la crise et du mal-vivre.
Pendant cette période, les tentatives d’imposer le voile dans l’école publique continuent. De 1994 à 2003, cent filles environ ont été exclues de collèges et de lycées publics pour port de voile islamique. Une goutte d’eau mais le phénomène prend de l’ampleur relayé par les médias.  Parallèlement, la montée du Front national fait paniquer les hommes politiques. Au lieu de débattre contre le front national, les partis semblent s’approprier les idées pour grappiller les électeurs. Ce dernier élément est important car le discours d’exclusion d’une partie de la population française va s’accentuer.

11 septembre 2001. je vous épargne les détails. C’est une véritable onde de choc qui se répand dans le monde entier. L’occident paie le prix de ses interventions à l’étranger, Afghanistan avec ce jeu malsain avec les talibans, et enfin l’Irak…Le nom de ben Laden est sur toutes les lèvres et le coté obscur de l’islam apparaît au grand jour.  les ennuis commencent.
Ces événements accélèrent la peur de l’islam. je pense que cet événement combiné à la crise a contribué à l’essor de la religion musulmane dans notre pays. Souvent rejeté, on se sent mieux en communauté.  La religion rapproche et permet de résister à la folie médiatique qui accuse. La chaîne d’info Al Jazeera propose un point de vue oriental sur les conflits qui suivent le world trade center.
Un cercle vicieux s’installe peu à peu pour le voile. Il y a celles qui le portent, et celles qui ne le portent pas. Dans les quartiers, le regard des autres est important. Et peu importe les raisons invoquées, le port du voile se répand. Au départ, celles qui portent le foulard sont considérées comme des originales qui font comme leurs grand mères du bled.
De mon côté, cela me dérange.Je n’y connais rien en religion mais je n’aime pas ce voile, symbole de soumission de la femme à l’homme.  Je ne suis pas le seul dans ce cas. Autour de moi, je sens le même rejet de quelque chose que l’on ne connait pas. dont on a peur.
Autre nouveauté, après les paraboles, Internet prend une plus grande importance dans nos vies quotidiennes. On a accès aux informations et à la communication instantanée.  A Paris, je peux voir des webcams en direct de l’autre bout du monde. Le monde est petit.

2002. Jean Marie Le Pen est au second tour des élections présidentielles. La France descend dans la rue. Jacques Chirac est réélu avec 82 % des voix. Normalement, après un tel événement, on penserait que l’unité est de mise. Que Jacques Chirac va œuvrer pour surmonter ce choc.  Rien.  Au lieu de mettre les idées du FN aux oubliettes, les médias lui déroulent le tapis rouge.

2003 , les alliés attaquent L’Irak  sans le soutien de la France. Bilan :  162 000 personnes ont été tuées dans le pays.  Décidément, il ne fait pas bon être contre les intérêts des alliés. Sur mon blog, je reste léger ,je fais de l’humour un peu lourd.

2005 est un véritable déclic pour moi. Issu moi même des quartiers, la révolte suite à la mort de Zyed et Bouna me projette à mes propres racines.  Je réalise l’isolement dans lequel on a mis les générations qui nous ont suivi. Ce n’est plus une sonnette d’alarme mais un appel au secours. je vois des gamins désespérés qui se tirent une balle dans le pied en brûlant les voitures de leurs voisins. saccageant leurs propres quartiers.  En fait, je réalise connement que depuis 1995 la situation est encore pire qu’avant. on l’a créé  avec l’absence de politique de la ville ! on a laissé des quartiers s’embourber au lieu de les ouvrir. Je discute dans des forums et je découvre aussi le debut du fameux amalgame : Arabe = musulman = casseurs. C’est à ce moment que mon regard sur le voile change. Au lieu de rejeter, je vais essayer de comprendre.

2007-2009 : L’arrivée de Nicolas Sarkozy ne va pas arranger les choses. En fait, cela va empirer. Le racisme qui était honteux se révèle au grand jour. Des amis français d’origine étrangère ont du mal à faire leurs papiers d’identité. Du délire. Dans la foulée, il y a eu les affaires des caricatures du prophète dans Charlie-Hebdo avec la fameuse liberté d’expression que tout le monde chérissait. Personnellement j’ai trouvé cela très con (je n’étais pas le seul) et cela rajoutait encore une couche contre la communauté musulmane qui n’avait pas besoin de ça. Les garants de la  liberté d’expression avec Charlie hebdo en étendard contre l’obscurantisme islamique me faisait rire. Ils avaient trouvé un créneau facile pour se faire de l’argent : critiquer l’islam. je trouvais le procédé un peu minable mais on ne se rendait pas compte que l’on avait atteint le point de non retour.

2011. Charlie Hebdo me sort par les trous de nez. Je trouve qu’ils sont le reflet d’une dérive. Le Charlie Hebdo du professeur Choron et Cavanna tapait sur les puissants , celui de Philippe Val et ses héritiers ont trouvé leurs boucs émissaires : les musulmans ou plutôt les islamistes. C’est facile à provoquer, ça vend bien le journal. Bref du business

2012. je discute avec une amie musulmane. elle m’éclaire sur de nombreux points. Me raconte son expérience avec ses amies ou proches qui sont voilées ou non. Je découvre que derrière chaque voile, il y a une femme avec un parcours différent.  Rencontre avec ma voisine voilée. Elle m’explique son choix du voile. Pas de soumission à son mari, un simple libre arbitre. Elle est sereine. Un jour, je lui parle de la couverture de Charlie Hebdo qui me choque par sa violence. Sa réponse m’a surpris « ha bon ça t’a choqué ?!!…j’ai trouvé ça drôle » je me sens con avec mes préjugés. A partir de l’année suivante, par curiosité intellectuelle, je m’intéresse à l’Islam, son histoire, ses livres.

2015. en Janvier, c’est au tour de la France de prendre une claque dans la tronche.  Un attentat a eu lieu dans les locaux de Charlie Hebdo et dans un hypercasher. c’est le début de mon engagement contre le flot de conneries que j’ai pu avaler depuis 1989. Cet horrible attentat , au lieu de nous rassembler, n’a fait qu’agrandir un peu plus une fracture entre la France et la communauté musulmane. Et une fois de plus ce bout de tissu sert de détonateur.

Je vais enfin parler de ce voile.  je vais partir de mon point de vue personnel.  Le voile n’est pas une obligation religieuse. c’est un un fait culturel dans tout le Moyen-Orient et dans le pourtour méditerranéen. Au debut des années 90, quand je vois proliférer les paraboles. Que regardent les jeunes filles à la télévision du moyen orient (Arabie saoudite) ? des femmes voilées. la polémique de 1989 a démontré à la télévision que la France avait un mal fou à intégrer les dernières générations d’enfants d’immigrés. Conséquences immédiates : on communautarise et on se reconnait au travers d’un accoutrement culturel.
Comme je le disais plus haut. Les premières femmes voilées étaient regardées de travers. Auparavant, les immigrés et leurs enfants devenus français étaient habitués à se fondre dans la société et à devenir invisible.
Le voile, au départ culturel, est devenu cultuel pour certaines. Une envie d’affirmer sa foi avec un vêtement. Comme moi, on peut juger cela illogique, considérant que l’habit ne fait pas le moine, mais il faut respecter le choix de chacun.

Bien sûr vous allez me dire « Mais Bobig tu parles de voile culturelle, mais le verset 24.31 qui indique aux femmes de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leur poitrine… tu en fais quoi ? »

J’en fais ce que je veux, en fonction de l’interprétation. Une personne interprétera ce verset au pied de la lettre en se couvrant d’un voile sur les cheveux, une autre y verra un conseil pour se couvrir le buste et s’habiller décemment (je penche pour cette deuxième version)  En fait, on découvre ici que dans le Coran le voile est une notion de pudeur et non de soumission à l’homme. Autre chose, on voit aussi que c’est une question de libre-arbitre. Chaque femme peut décider ce que bon lui semble. Et l’on doit s’habituer à voir des femmes voilées car c’est leur propre choix. Rappelons nous que ce monde est devenu un village où toutes les cultures et traditions se valent et se côtoient.

Je vous entends déjà me répondre « mon pauvre Bobig tu es vraiment dans le monde des bisounours, les cultures ne se côtoient pas et ne se valent pas » et je vous répondrai effectivement que vous avez raison.

La culture française a un mal fou à côtoyer les autres. La différence dérange. On a une telle estime de nous même que quiconque ne nous ressemble pas ne sera pas accepté. (La France tu l’aimes ou tu la quittes) Depuis plusieurs années, nous avons à la télévision des éditorialistes, des philosophes, des chroniqueuses qui nous répètent ne pas reconnaître la France, que certains quartiers sont de vrais califats.  Vous rajoutez à ce délire une pincée d’attentats et vous obtenez un cocktail hallucinogène où ces protagonistes et leurs suiveurs voient le mal partout. Oui la France a changé et il faut s’y habituer. l’immigré qui quittait son pays et abandonnait ses traditions et ses coutumes n’existent plus car avec internet il ne perd plus le lien avec son pays. Depuis 20 ans, le monde s’est considérablement rétréci et ce pays est devenu multiculturel, c’est une grande chance. Il faut la saisir au lieu de se désunir.

J’entends une petite voix derrière « Mais Bobig ce voile est une prison !! c’est un signe d’asservissement à l’homme !  »  Quelle naïveté que de croire que le voile est la soumission de la femme alors qu’il y a tant de signes invisibles (on les appellera des comportements) qui soumettent la femme à une pression insupportable. L’absence d’égalité des droits et des salaires, l’image de la femme dans la publicité et …regardez cette scène ci dessous :

Nos représentants à l’assemblée nationale ont un comportement digne de ce nom ? Et certains oseront dire que l’on doit interdire le voile ? que c’est un symbole politique. Ces mêmes hommes politiques vont se dresser en défenseur de la cause des femmes ? !! foutaises ! Bien sûr que le voile est devenu un symbole politique : il veut dire que la communauté musulmane vit en France depuis des générations, qu’elle fait partie de la république française au même titre que les autres. Mieux, ce voile est aussi un symbole féministe en France. Une femme a le droit de choisir ! elle peut avorter, elle peut divorcer, elle peut voter, elle peut porter une jupe ou un voile.

Alors là je lis sur les lèvres de certains « Oui oui Bobig tu te fous de nous ou quoi !! des femmes luttent pour ne pas le porter dans d’autres pays et toi !! tu fais le contraire ».
Bien sûr que je fais le contraire car on a beau être un petit village, nous sommes en France. Aucune loi nous interdit de porter ou de ne pas porter un voile. C’est le fameux principe de laïcité et on doit conserver ce fameux principe pour mieux vivre ensemble.
Qui sommes nous pour juger l’évolution des autres pays ? soutenir le combat féministe ailleurs est louable mais c’est à chaque pays de progresser vers plus de liberté , vers plus de libre arbitre. Regarder le résultat a chaque fois que l’occident est intervenu dans d’autres pays pour accélérer le processus démocratique. Une catastrophe qui nous pète maintenant à la gueule.

Concernant le voile à l’étranger, on me balance régulièrement deux exemples. le premier est une vidéo de Nasser expliquant qu’un porte parole des frères musulmans voulait collaborer avec Nasser si ce dernier imposait le voile :

Les mots ont leur importance. Dans cette vidéo on parle d’imposition du voile. D’ordonner de porter le voile. pas de libre-arbitre comme en France. Et Nasser précise bien « que chacun est libre de ses choix ». En France, nous avons cette chance avec la laïcité. Notre regard occidental s’imagine que l’Égypte était plus moderne et que les femmes se libéraient. Par curiosité , taper le nom de Doria Shafik dans un moteur de recherche et on reparle après de l’Egypte de Nasser.

Le deuxième exemple est une photographie de l’Iran des années 70. On voit des jeunes femmes cheveux au vent…

349

Une fois de plus , notre regard occidental et notre courte mémoire nous font des tours. On ne voit que ce que l’on veut voir. Sur cette photo,  l’Iran est déjà une dictature dirigée par le shah Mohammad Reza Pahlavi . Et dans cette dictature il était interdit de porter le voile depuis 1936. En 1979, quand Ayatollah Khomeiny renverse le pouvoir, on repart vers une autre dictature où il est obligatoire de porter le voile . Pas de libre arbitre ici donc incomparable avec notre laïcité française.

Tiens on n’a pas parlé de l’Arabie Saoudite, vous savez le fameux pays que l’on pouvait capter avec la parabole aux débuts des années 90.   A mon humble avis, si on veut chercher une cause de l’apparition du voile en France, on peut passer par la case Arabie saoudite. Ce joli pays a le monopole de la kaaba qui symbolise un des piliers de l’Islam : le pèlerinage. Un jour de leur vie, tous les musulmans rêvent de faire le hajj. Imaginez donc l’importance de ce lieu. Donc en Arabie saoudite, la religion d’état est l’islam plus précisément un courant qui s’appelle le wahhabisme. On le décrit comme un mouvement ultraconservateur, puritain voir carrément intégriste.  Le voile y est obligatoire et la soumission des femmes est un sport national.
Figurez vous que ce pays qui a la réputation d’être une des sources du terrorisme mondial est le partenaire économique privilégié de la France.  Alors là, je vous pose une question : on se plaint du port du voile dans nos villes,  Manuel Valls nous explique que c’est l’asservissement de la femme mais en même temps on collabore avec une monarchie absolue  imposant le voile aux femmes, et qui a des gros problèmes avec les droits de l’homme…est ce qu’il n’y aurait pas un petit foutage de gueule ?

350

Étonnant premier ministre si courageux pour culpabiliser les françaises portant le voile, mais plutôt lâche quand il s’agit de gagner des millions d’euros avec les puissants de la Mecque. Notre joli pays n’a pas  la même fierté que la Suède qui a mis fin à sa coopération militaire avec l’Arabie Saoudite (voir détails ici)

Je résume mon point de vue. Concernant le port du voile, je ne suis ni pour, ni contre. En France, les femmes ont le droit de décider comment elles doivent s’habiller. Nous sommes dans une démocratie laïque qui assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion et qui respecte toutes les croyances. C’est tout.

Maintenant si on suit bien ma chronologie personnelle , tous les dix ans, la France a eu une alerte d’un problème profond de la société. Années 80 apparition du voile,  1995,  les premiers attentats et la banlieue qui est en surchauffe, 2005, l’explosion et la révolte des banlieues , 2015 Charlie Hebdo. Sur ces vingt années écoulées, au lieu de discuter des problèmes de fond : le chômage des jeunes, les quartiers abandonnées,  la paupérisation et la ghettoïsation des cités, médias , journalistes, hommes politiques ont fait une fixette sur une seule chose : l’Islam et son fameux voile. comme le disait NTM dans un des ces morceaux « Les année passent, pourtant tout est toujours à sa place« .

Ce putain de voile a été un véritable paravent sur un merdier qui s’accumule depuis 30 ans  et il continue d’être utilisé dans cette objectif : masquer l’impuissance des gouvernants à nous sortir de la crise.