Les voix de l’info

Avant d’aborder le fond du sujet, il faut d’abord décrire la situation. Depuis quelques années, la laïcité est au centre de nombreuses attentions. Deux camps s’affrontent.
D’un côté, une laïcité qui sert souvent à pointer une communauté (l’islam) avec une remise en question des signes religieux dans l’espace public. deux exemples : les mamans voilées accompagnatrices scolaires ou les étudiantes voilées à l’université. J’ai souvent parlé de ce camp, il s’agit principalement du printemps républicain, association très proche de Manuel Valls.
De l’autre côté, une laïcité respectueuse de la loi de 1905, concentrée sur le juridique que l’on retrouve à l’observatoire de la laïcité dirigé par Jean Louis Bianco. Je penche plutôt vers cette conception.
Dans le gouvernement Macron, on découvre ces deux tendances. Avec Jean Michel Blanquer, on retrouve les idées du printemps républicain et celles de Jean louis Bianco. On découvre donc un jeu de funambule assez périlleux avec deux camps qui s’affrontent et un Emmanuel Macron qui ne semble pas choisir une position claire.

Ce sont sur les réseaux sociaux que l’on découvre les combats les plus rudes sur ce sujet avec des techniques d’amalgames, de menaces de blocage que j’ai déjà décrit dans cet article.

– Mais Etienne, cela se passe sur les réseaux sociaux..on s’en fout un peu, cela ne va pas influencer les médias.
– bah si et j’ai l’exemple d’une émission qui recycle les messages twitter et on découvre que les deux camps s’affrontent aussi sur un plateau TV… « les voix de l’info » sur CNEWS.

Nous sommes le 8 janvier 2018. Je cherche des news sur twitter et je tombe sur ce texte qui tape sur Jean Louis Bianco.

Ce tweet a été ensuite effacé car la journaliste s’est rendu compte que Jean Louis Bianco était retenu à une réunion en compagnie de laurent Bouvet, co-fondateur du printemps républicain. C’est donc Nicolas Cadène qui remplace jean louis Bianco. Le dialogue est courtois, Sonia Mabrouk lance le sujet…et vers 7 minutes d’entretien, la journaliste balance une question qui me titille…relayée par les réseaux sociaux. Ecoutez ci dessous.

Si on regarde twitter, et en particulier les comptes du printemps républicain, on découvre qu’un certain @benj808 propose une liste des comptes bloqués par l’observatoire de la laïcité. Alors ils ont beau prétendre ne pas être des trolls mais rien qu’avec ces twittos j’ai eu droit, de nombreuses fois, à l’insulte et de la moquerie pour éviter un débat de fond. Pour anecdote, effectivement, certains ont été suspendus car trop insultant.

Oh c’est marrant. Un membre du printemps républicain peut fournir une liste des comptes bloqués par Nicolas Cadène et l »observatoire de la laïcité…Etonnant non ?

Après l’intervention, une autre fan du printemps républicain réagit. Mission accomplie et les autres membres de cette association vont s’en donner à cœur joie.

la question est toute simple. Sonia Mabrouk et ses équipes ont ils cherché la véracité de cette liste du printemps républicain pour voir s’il s’agissait de trolling. J’ai bien peur que non et Nicolas Cadène a réussi à éviter le piège tendu. Ceci explique sans doute la charge violente contre Jean Louis Bianco au début de cet article.

– Arrête de déconner Etienne, tu fais un caca nerveux à propos de comptes bloqués, mais Sonia Mabrouk n’a pas posé que des questions qui avait l’odeur du printemps républicain. tu es vraiment parano.
– j’ignore si je suis parano mais regardez cette video ci dessous quelques minutes après…

Premier point. La radicalisation de la laïcité. Sonia Mabrouk aborde le sujet.on se projette un peu en arrière sur la page facebook du printemps républicain. ha tiens, eux aussi semblent interloqués par cette expression.

Deuxième point. Colloque sur l’islamophobie. Qui en parle sur le plateau face à Nicolas Cadène et qui attaque l’observatoire de la laïcité le 22 septembre 2017 ? Sonia Mabrouk et Laurent Bouvet co-fondateur du printemps républicain. étonnant non ?

Troisième point. Le CCIF. L’ennemi de James Bond c’est l’organisation SPECTRE, pour le printemps républicain, c’est le CCIF – Collectif Contre l’Islamophobie en France. Re-belote Sonia Mabrouk aborde cette association.

De là à dire, que la journaliste est proche de ce mouvement, il ne faut pas exagérer . A moins que…ha si en fait, elle a participé à la soirée du 6 janvier 2018 « toujours charlie ».

Il y a quelques jours, j’ai plaisanté sur twitter en me demandant si Sonia Mabrouk représentait Manuel Valls. Elle a eu la gentillesse de me contacter et de m’expliquer que son seul objectif est de vraiment faire vivre le débat, le vrai débat, démocratique. Je veux bien la croire mais je pense qu’elle devrait essayer d’éviter d’utiliser tous les éléments de langage du Printemps républicain lors d’un entretien sur la laïcité.

Trois ans après

Quand on approche cette date fatidique du 7 janvier, television et journaux reviennent sur ce terrible attentat de Charlie Hebdo. Ce matin, je lis des témoignages de rescapés, l’émotion est toujours aussi forte. Des personnes brisées, la peur au ventre. Loin, dans mon petit confort de mon appartement, l’impact de l’attentat est moins violent, j’ai uniquement perdu des repères. Cabu et Georges Wolinski ont bercé mon enfance, m’ont fait entrer dans l’age adulte. Leurs libertés de ton, leurs provocations m’ont insufflé ce goût pour la liberté. Liberté de penser. Ils sont morts mais m’ont apporté cette richesse que je continue d’exploiter.

Trois ans après,je ne suis toujours pas Charlie. A la base, c’était un slogan qui exprimait notre attachement à la liberté d’expression pour laquelle journalistes, dessinateurs, policiers…etc..sont morts. Mais très rapidement, j’ai refusé cette appellation grâce notamment à cette phrase brillante de Nathalie saint Cricq « Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie »

De plus, être Charlie est devenu un point Godwin à la française :

« Plus une discussion s’étend, plus il est probable d’y trouver une comparaison impliquant Charlie hebdo et les attentats »

Je ne compte plus les discussions où l’on me répondait que j’étais un traître à la nation car je n’étais pas Charlie. Des flots d’insultes. La leçon de ces impossibles débats.Sur mon compte twitter je bloque tout ceux qui sont #charlie #toujourscharlie car j’ai remarqué une chose terrible : ils ne sont pas respectueux de la liberté d’expression. Ils sont à l’opposé de ce que je prône : le respect des idées d’autrui, du débat, de l’échange. Ils sont à l’opposé de ce que m’ont appris les Reiser, Choron , Cavanna et les autres…ils ne sont pas bêtes et méchants, ils sont juste cons.
Car dans ce gloubi-boulga de « Je suis Charlie » on retrouve de tout : Cela va de la gauche de Manuel Valls à l’extrême droite. Figurez vous que j’ai même croisé un ancien para tendance FN me critiquer de ne pas être Charlie. J’imagine la tête de Cabu, antimilitariste convaincu voyant cet échange.

Cerise sur le gâteau, chacun y va de son hommage en louant des salles pour rendre hommage à Charlie avec places VIP. Beurk !

J’aurai toujours la tristesse d’avoir perdu mes héros de l’humour, j’aurai toujours la compassion en pensant aux victimes et aux rescapés de ces attentats mais jamais je ne pourrai dire que « je suis Charlie ».
Je préfère dire tout simplement que je suis républicain , démocrate et respectueux de la laïcité. je pense que ce message est plus clair pour les jeunes qui ne peuvent qu’être perdus avec un slogan aux interprétations multiples. De nos jours on a plus besoin de pédagogie que de récupération car ce sont ces nouvelles générations qui vont faire que ça passe ou ça casse dans les prochaines années.

Calmos

Aujourd’hui, une personne fait référence à mon article sur le 13 novembre. J’expliquais qu’utiliser ce drame à des fins politiques étaient lamentables et j’exprimais mon dégoût vis à vis des personnes utilisant ces méthodes. Quelques jours plus tard, je vois ce tweet en mode dénonciation.

Résumer ma colère du 13 novembre au dégoût que m’inspire des personnes m’a scotché. Elle retire toute la partie où je parlais de l’émotion de cette journée et de l’utilisation politique. Pire dans son tweet, elle ne met pas le lien vers mon texte mais une simple image. Le procédé est pervers mais très ordinaire sur twitter. On raccourcit, on amalgame, on coupe, on bloque. aucune source pour comprendre.

Le débat est souvent impossible sur les réseaux sociaux. Pourtant ailleurs, à la télévision, on a parfois de belles surprises, comme avec l’émission « C politique ». Plusieurs participants : Joann Sfar, Delphine Horvilleur, Rachid Benzine, Yassine Belattar . Des avis différents. Mais un désir de débat apaisé et la possibilité de se faire sa propre opinion.

Joann Sfar m’avait choqué sur Facebook, Dimanche je découvre un homme avec qui on peut avoir un débat de fond sans sombrer dans le complotisme. Je partage un peu les idées de chacun pour faire ma propre opinion. Cela fait un bien fou.
Sur twitter ou facebook, l’objectif n’est pas de partager ou confronter des idées mais de dénigrer et d’hurler plus fort que l’autre. Pour remédier à ces dérives, j’ai une méthode simple: garder mon calme en toutes circonstances en espérant un jour avoir la même qualité de discussion que l’émission « C politique ». Ce n’est pas tous les jours faciles.

le 13 Novembre

Deux ans depuis les massacres du 13 novembre 2015. Journée d’hommage national. On partage nos émotions. Des souvenirs remontent..les larmes aussi. Les visages des proches des victimes marqués par la douleur. L’empathie bat son plein.
On se souvient tous de ce jour là. Personnellement j’avais peur que mon fils se soit baladé sur Paris, une amie était angoissée car son fils de 13 ans était au stade de France, une autre n’avait pas de nouvelles de son frère.
Un choc national, la barbarie frappait à nouveau. Une blessure encore ouverte et cela fait du bien de se sentir uni nationalement pour rendre hommage aux victimes et soutenir les proches des victimes et les rescapés.

Sauf que..certains n’ont toujours pas compris qu’il y a des jours où il faut éviter la polémique. J’ai fait l’erreur de me balader sur les réseaux sociaux. Et je peux vous dire que je suis dans une colère noire ! j’ai honte ! honte de ces crétins qui pour avoir raison ou faire le buzz n’hésitent pas à intervenir un jour d’hommage national !

Alors que de nombreuses personnes partagent l’image des victimes avec sincérité pour montrer qu’on ne les oublie pas. Certains partagent mais en profitent pour polémiquer un jour de deuil. Ils prennent les morts en otage.

Ces personnes au dessus proclament que la liberté d’expression est primordiale dans une démocratie. Ils donnent des leçons de déontologie. Mais aujourd’hui, ces personnes me dégoûtent. Tout simplement.

Avec la peur, un des objectifs des terroristes est de faire régner la division dans un pays. Ce 13 novembre 2017, je chiale pour les victimes de 2015 et leurs proches mais je pleure aussi car hélas, les terroristes ont atteint leur but.

#balancetonporc

Une fois de plus, j’ai beaucoup de mal à suivre l’actualité.  Les polémiques se suivent avec le même soucis de ne pas pouvoir réfléchir posément et essayer de comprendre le pourquoi du comment.
Quand j’ai vu le hashtag #balancetonporc, j’ai lu des témoignages poignants. Des femmes pouvaient enfin exprimer leur mal être. Une chape de béton sautait pour le plus grand bien de tous.

Depuis quelques années, les médias donnaient la sombre impression que le harcèlement étaient une spécialité de l’étranger. En résumé, les noirs et les arabes sont des sauvages sans respect pour les femmes. On se souvient des textes sur les agressions sexuelles de Cologne.
Puis l’émission de Bernard de la Villardière (encore lui) sur le harcèlement qui posait cette question : « Est-il impossible de dénoncer le harcèlement de rue sans être taxé de racisme ? N’y a t il pas dans certains quartiers un facteur culturel ou religieux qui conduit à ce harcèlement » Idem avec cette couverture de Charlie Hebdo (encore eux)

Il ne faut pas avoir fait de longues études d’iconographie pour comprendre que le harceleur est le jeune de banlieue casquette vissée sur la tête. On peut aussi parler plus récemment de la couverture de Libération modèle du genre.

Observez bien les deux colonnes distinctes. A gauche, le harcèlement au travail, à droite le harcèlement et le silence « dans les rangs musulmans » ( Juste un rappel pour les journalistes de Libé…Tariq Ramadan est un islamologue et non pas le représentant des musulmans )

Et pourtant, la force du mouvement #balancetonporc est justement de réaliser que le harcèlement n’est pas le fait d’une religion ou d’une classe sociale mais concerne tous les hommes. Noir, blanc, arabe, asiatique…etc…riche, pauvre, classe moyenne…ce problème de domination prend appui sur l’éducation que l’on nous transmet dès la maternelle. Les garçons jouent a la voiture, les filles font de la dînette.
Dans la cour de récré, les garçons sont sur le terrain de foot, les filles regardent sur le bord. Au lycée, quand une jeune fille qui ose  jouer au foot est un garçon manqué..etc…
Bref tout est une question d’éducation à reprendre dès le plus jeune age. Il y a du boulot en perspective pour une réelle prise de conscience.

Le mouvement #balancetonporc a jeté un vrai pavé dans la gueule du patriarcat et j’ai réellement  l’espoir que toutes les femmes  vont pouvoir enfin s’exprimer et être respecter dans toutes les strates de la société. Wait and see.

En complément cette video d’Usul « Et des porcs furent balancés »

Grosse fatigue

Pas facile.  La période que je traverse n’est pas du tout facile. En fait, depuis un mois, je vais de consternations en consternations. j’étais bêtement persuadé que les choses allaient s’apaiser et pourtant c’est le contraire qui se produit. On creuse de plus en plus vers le n’importe quoi. Plusieurs exemples me viennent en tête.

1) il y a quelques jours, je tombe par hasard sur des tweets d’une personne qui explique ce qu’est un visage avec moultes définitions. Objectif, empêcher des femmes de porter le voile comme elles l’entendent.

Au début, on pense que c’est un compte parodique mais non c’est super sérieux. Une interprétation littérale d’un texte de loi que ne renierait pas le pire des intégristes.

2) La PMA. L’ouverture de la PMA à toutes les femmes, y compris célibataires et en couple homosexuel était un engagement d’Emmanuel Macron. Parfait. la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a confirmé ce progrès en 2018. Et là…je lis la prise de position de Charlie Hebdo. ils sont contre.

Avec des arguments que ne renieraient pas la manif pour tous.

La société française s’est terriblement droitisée. A croire qu’un concours de la plus grosse connerie est lancé. Matez cette sortie de Gérard Collomb ( de quoi se mêle ce ministre de l’intérieur ?!!!)

3) les croix sur les pots de yaourt..La députée LR Valérie Boyer part en croisade contre la « disparition » des croix sur les yaourts grecs. Un truc complètement con qui est une décision de Nestlé datant de 1990 !!

Je pense que je peux encore en rajouter quelques lignes de polémiques à la con à base de Christine Angot, Yann Moix et une petite pincée de Stéphane Bern. Je vais d’indignation en indignation avec le vague sentiment qu’on plonge de plus en plus vers la bêtise la plus réac..Grosse fatigue pour une sale période.

Les techniques du printemps républicain

Cela fait maintenant de nombreux mois que je me heurte à la violence des laicistes principalement sur le réseau twitter. Je ne suis pas le seul à en être victime. Suite à une discussion, j’ai réalisé que les membres du printemps républicain ou apparenté usent toujours des mêmes techniques. Je vais tenter d’en faire la liste ici.

 

L’amalgame

quand on tente de débattre avec un laiciste. Il arrive irrémédiablement un instant où il va farfouiller vos abonnements twitter puis en tirer des conclusions. Exemple récent.

– vous espérez sans doute que votre ami Tariq obtienne la nationalité française !!
– ?

Explications : Le zigoto en question avait pisté mes abonnements puis conclu que mon abonnement à Tari Ramadan sous entendait un soutien à cet islamologue. Il n’a pas regardé que je suivais aussi Caroline Fourest ou Céline Pina. Bref, cela lui permet de botter en touche et de ne plus débattre.

L’expérience personnelle

Un classique. La principale obsession du printemps républicain est l’invasion de l’islam dans nos quartiers et / ou nos écoles. Il y aura toujours un individu qui a vu des cités envahis par les frères musulmans ou des fillettes en bas age voilées ou voile intégral à chaque coin de rue.

Si on explique que l’on connait les quartiers en question. On a invariablement la même réponse : nous sommes dans le déni. J’aborde le sujet du déni aussi dans cet article.

Le spam

certains laicistes écrivent des articles comme s’ils détenaient la vérité, oubliant qu’un blog ne reflète qu’une opinion rarement aussi fiable qu’un article de presse avec de bonnes sources. Croyant donc détenir une vérité, ils spamment chaque tweet en copiant collant le lien vers leurs articles. Un matraquage publicitaire agressif.

Si on ose critiquer la méthode, on se heurte à un dialogue de sourds. ci dessus, le spamming concernait le CCIF, ce dessous on peut constater une obsédée de l’association Lallab.

La chasse aux tweets

Dans leur tableau de chasse, le printemps républicain n’a eu qu’une seule tête : Celle de Medhi Meklat (j’en parle ici).Cela a donc inauguré une nouvelle méthode en espérant obtenir le même filon : la chasse aux tweets

j’ai moi même subi cette petite chasse mais les chasseurs sont revenus bredouilles car , chance pour moi, aucun tweet n’était ambigu ou sorti de son contexte. ils se sont donc contenté de se moquer de mes pieds (véridique)
bref, la chasse aux tweets finit par sombrer dans le ridicule le plus complet mais on assiste encore à quelques tentatives.

L’appel de la meute

Cette technique est souvent utilisé. Quand un fan de la laïcité extrême est pris en défaut, vous pouvez être certain qu’un certain nombre de ses copains vont lui venir en aide en utilisant les autres techniques ci dessus.

Le blocage

Le printemps républicain n’aime pas débattre. et un de leurs derniers réflexes quand leurs arguments sont trop faibles est de bloquer l’interlocuteur sur les réseaux sociaux. Exemple avec Laurent Bouvet qui, au lieu de débattre, fera dans la provocation infantile rompant tout dialogue.

Conclusion

Je pense que cela sera le dernier article concernant le printemps républicain. Leurs derniers excès me donnent l’impression que leurs batteries sont vides. Leur sens du débat est si consternant que seuls Yann Moix ou Raphael Enthoven font écho à leurs polémiques. Le seul hic est le danger que ce mouvement peut porter en germe. Une personne fragile ou avec un coup dans le nez qui lit la prose de ce mouvement au premier degré peut très vite imaginer que le monde entier va être sous la domination des frères musulmans. Cela peut prêter à rire mais cela peut engendrer de dangereuses situations.

Les certitudes

j’ai fait une pause de deux semaines de réseaux sociaux. je n’ai lu que les actualités via fil RSS. Retour sur Paris le mercredi 16 aout, connexion sur twitter avec mon nouveau compte, le constat est violent. En faisant défiler les listes de tweets, je n’ai lu que des certitudes. Sur tous les sujets : Politiques, religion, terrorisme…

On affirme, on colle des images venant d’un site non officiel en se faisant passer pour des spécialistes. On interprète des textes comme bon nous semble, on regarde une caricature en n’y voyant qu’un seul sens. Sur les réseaux sociaux, les gens sont fous. Le dernier exemple concerne Charlie Hebdo avec sa couverture.

Suite à ce dessin, une polémique est née sur twitter, chacun y allait avec ses arguments et surtout ces certitudes. Ce n’est un secret pour personne, je n’apprécie pas Charlie Hebdo depuis de nombreuses années. J’ai été biberonné avec celui de Choron, Reiser et Cavanna. Quand j’ai vu cette caricature, j’ai tout de suite su que c’était un dessin raté. Non pas parce que je suis spécialiste de la caricature mais parce que dans les minutes qui ont suivi son apparition, j’ai vu ça :

Les jours qui suivaient, certains défendaient la caricature au nom du droit au blasphème, d’autres citaient des sourates en islamologue avertis, certains faisaient des statistiques sur le nombre de couverture consacrées au catho ou autres par rapport à l’Islam pendant que d’autres criaient à l’islamophobie. Tout pouvait se tenir. sauf qu’à mon humble avis, une caricature qui peut être reprise par un site d’extrême droite, cela pose un sérieux problème et cela s’appelle un dessin ratée. Tout simplement.
Siné aurait crevé la bouche ouverte plutôt que de voir un de ces dessins repris par le journal facho « minute ». On vit dans une autre époque où les frontières entre gauche et droite, entre fachos et laicistes sont de plus en plus étroites. c’est un sacré bordel.

Depuis le 16 aout, j’ai vu ainsi plusieurs polémiques se succéder. Toujours le même sujet : l’islam, les musulmans, le danger d l’islam politique…fatigant. Mais une chose m’a rassuré. Quand je suis retourné au boulot , j’ai constaté un truc avec les premières discussions à la machine à café. Personne ne parlait de Charlie Hebdo et des autres polémiques. Cela tournait plutôt sur les salaires, le chomage et le pouvoir d’achat. A croire que les réseaux sociaux et le monde réel sont deux univers différents. Heureusement.