Prince – When Doves Cry

1984.J’ai seize ans. je tourne manuellement les boutons de recherche de chaines et je tombe d’abord sur ça…

La chaîne canal plus fait des essais de transmission. Pendant la journée, il balance des clips vidéo.Ma curiosité me pousse à tout mater quand soudain je vois un type à poil dans une baignoire..c’est Prince avec le titre « When Doves Cry »

Je résume : du bon son, un mec androgyne qui déborde de testostérone, emballant des jeunes filles(Remember Patricia Apollonia Kotero ) sur sa grosse moto. Je suis adolescent, mon imaginaire s’est emballé vitesse grand V. j’ai échappé de peu à la chemise à jabot. Je me suis bien sûr précipité sur l’album « purple rain » et dans ma salle de cinoche de Rosny 2 pour voir le film. la claque !!!

Le chanteur ne voulait aucun de ses clips vidéo sur internet. Un an après sa mort, sa volonté n’est pas respectée. Ces clips sont là pour faire la promotion d’une nouvelle sortie deluxe de Purple rain. Le commerce est puant mais me permet de vous partager ce souvenir d’il y a 33 ans.

On se quitte avec « let’s go crazy »

Prince – When Doves Cry

Pierrette Bloch

Pierrette Bloch est morte ce vendredi 7 juillet. Artiste abstraite elle a eu récemment une rétrospective parisienne. Je connaissais peu cet artiste mais j’ai apprécie d’avoir des points communs avec elle, inconsciemment ou non.

Sans titre, 2014-2016, bâton d’huile et pastel sec sur papier.
Bobig – 2017 . gribouillis digital sur photo.

J’avais aussi remarqué cet élément chez Cy twombly. Décidément les artistes aiment bien gribouiller.

Le lien wikipedia de l’artiste

Pierrette Bloch

De La Soul – Drawn ft. Little Dragon

Avec toute cette politique, ces événements à la con, j’oublie de renifler le web à la recherche de petites pépites qui ont fait frémir mon cerveau. Je reprends le rythme avec ce morceau de De la soul..une claque musicale et un clip magnifique…

j’en profite pour coller le précédent morcau qui avait été aussi une claque et dans lequel on aperçoit le grand Pete Rock

De La Soul – Drawn ft. Little Dragon

George Michael – Mon Best of

[cet article est tiré de mon tout nouveau blog musical]

De cet artiste, j’ai surtout kiffé sa carrière solo. Mes tympans n’ont jamais été trop sensible à la pop du groupe Wham. Donc c’est à partir de l’album « Faith » que je découvre les talents de compositeur de George Michael.

Le titre « Father Figure » a été la première claque. Il y en aura d’autres.

Sur le même album « i want your sex », un classique qui donne envie de s’envoyer en l’air à la moindre occasion.

D’autres morceaux s’enchaînent. Bon album. Les choses se confirment avec le suivant « Listen Without Prejudice, Vol. 1 ». Je ne vais pas insister sur les titres les plus connus…le classique « freedom »

mais balancer ce que je considère comme un chef d’oeuvre « Cowboys And Angels  »

Grosse claque. Les paroles sont magnifiques..la musique est top. Du bonheur..

les années passent…un mini album avec un super bon titre de reprise « Killer/Papa Was A Rolling Stone ». La claque. Si je mets ce truc dans mes oreilles j’ai une patate jusqu’au bout de la nuit !!

1996. Nouvel album, l’artiste devient de plus en plus mature. Les sons jazzy l’emportent sur la pop.

« Older »…magnifique…

« Spinning the wheel » confirme le grand compositeur..

http://www.dailymotion.com/video/x26gdd_george-michael-spinning-the-wheel_music

ensuite les années passent, les albums best of apparaissent avec des nouveaux titres, comme ce clin d’oeil funky « outside » à ses déboires judiciaires (exhibition dans des toilettes publics)

je pourrais vous dénicher des petites perles dans chacun de ses albums. Dans les médias, on ne retient que le chanteur à midinettes, mais le personnage est beaucoup plus profond et plus engagé qu’on ne le pense…comme ce titre « shoot the dog » dénonçant l’intervention américaine et britannique en Irak en 2003.

Donc mon conseil, au lieu d’écouter les reportages merdiques à la télévision , courrez acheter la discographie de George Michael, grand compositeur que je vais regretter. L’année 2016 a été bien merdique.

en bonus la playlist de France inter

George Michael – Mon Best of

Luke Cage

Avec Luke Cage , nous sommes mis dans l’ambiance dès le générique. Une bande originale soul music, des références à Malcom X…on baigne dans l’hommage à la blaxploitation – définition wikipedia :

La blaxploitation est un courant culturel et social propre au cinéma américain des années 1970 qui a revalorisé l’image des Afro-Américains en les présentant dans des rôles dignes et de premier plan et non plus seulement dans des rôles secondaires et de faire-valoir.

luke cage
Luke Cage est un héros qui est apparu la première fois en 1972. Il possède une force et une endurance surhumaines, résultant de sa participation à des traitements expérimentaux dangereux et controversés, alors qu’il se trouvait en prison. Invincible, il résiste aux balles à bout portant u à des explosions. Seul bémol , il peut être blessé par une arme fabriquée en adamantium et mourir à cause du poison.

Dés le premier épisode , l’ambiance est posée. on est chez les afro-américains avec tous les clichés, du méchant bien sapé à la femme sensuelle. L’acteur Mike Colter tout en muscles incarne parfaitement le super-héros. Bref après Daredevil, Jessica Jones, La chaine Netflix réalise un sans faute avec ces super-héros.

Luke Cage

Westworld

Les années 80, le générique flippant des « dossiers de l’ecran » résonne dans le salon. Je suis gamin et la première partie de cette émission est un film de Michael Crichton « Mondwest » (titre original « westworld ») . Le pitch via wikipedia :

« En l’an 1983, le parc d’attractions Delos permet à ses visiteurs de se retrouver à l’époque de leur choix (romaine, médiévale ou conquête de l’Ouest (The Westworld, 18801), au milieu de robots presque humains.
Deux hommes d’affaires, Peter Martin et John Blane, ont choisi de passer quelques jours dans le vieux Far West. Malgré toutes les précautions et sécurités prises dans ce parc d’attractions hyperréalistes, leur séjour ne va pas se dérouler exactement comme ils l’espéraient : peu à peu, le centre de contrôle perd tout pouvoir sur les machines. »

Un androïde incarné par yul Brynner poursuit un des héros. Il s’agit d’un cow-boy au sang froid. Pour un gosse de dix ans, c’était carrément flippant. A la fois je fantasmais sur ces parcs d’attraction qui permettaient de vivre de grandes aventures mais l’angoisse de la révolte des robots était impressionnante. Ce film est sans doute à l’origine de mon interêt pour les jeux de rôle ou les MMORPG en ligne où l’on incarne un héros type world of Warcraft.

westworld

Quand j’ai appris que Jonathan Nolan et J.J. Abrams allaient lancer une série basée sur ce film, je ne vous cache pas mon enthousiasme. j’ai déjà visionné les deux premiers épisodes. C’est très bon, ils ont modernisé le scénario en le rendant plus mature. Les acteurs sont excellents. Bref j’ai trouvé ma série préférée 2016.

Westworld

Into the badlands

425

Si vous voulez un mélange de Mad max, de dragon ball Z et de combats Shaolin, je vous conseille la série « into the badlands » . Le premier épisode commence par une rencontre un peu musclé…

le pitch en une ligne (source wikipedia) : Dans un pays contrôlé par des barons, un grand guerrier et un jeune garçon s’engagent dans une aventure à travers des contrées dangereuses afin d’y trouver l’illumination

Alors parti comme ça on se dit  » ok série de baston…ça va être pour les gros geeks fan de bruce lee » . Bah non, le scénario est hyper bien foutu. avec des conspirations, des complots entre familles qui détiennent le pouvoir. Vraiment une belle surprise.

Into the badlands