#balancetonporc

Une fois de plus, j’ai beaucoup de mal à suivre l’actualité.  Les polémiques se suivent avec le même soucis de ne pas pouvoir réfléchir posément et essayer de comprendre le pourquoi du comment.
Quand j’ai vu le hashtag #balancetonporc, j’ai lu des témoignages poignants. Des femmes pouvaient enfin exprimer leur mal être. Une chape de béton sautait pour le plus grand bien de tous.

Depuis quelques années, les médias donnaient la sombre impression que le harcèlement étaient une spécialité de l’étranger. En résumé, les noirs et les arabes sont des sauvages sans respect pour les femmes. On se souvient des textes sur les agressions sexuelles de Cologne.
Puis l’émission de Bernard de la Villardière (encore lui) sur le harcèlement qui posait cette question : « Est-il impossible de dénoncer le harcèlement de rue sans être taxé de racisme ? N’y a t il pas dans certains quartiers un facteur culturel ou religieux qui conduit à ce harcèlement » Idem avec cette couverture de Charlie Hebdo (encore eux)

Il ne faut pas avoir fait de longues études d’iconographie pour comprendre que le harceleur est le jeune de banlieue casquette vissée sur la tête. On peut aussi parler plus récemment de la couverture de Libération modèle du genre.

Observez bien les deux colonnes distinctes. A gauche, le harcèlement au travail, à droite le harcèlement et le silence « dans les rangs musulmans » ( Juste un rappel pour les journalistes de Libé…Tariq Ramadan est un islamologue et non pas le représentant des musulmans )

Et pourtant, la force du mouvement #balancetonporc est justement de réaliser que le harcèlement n’est pas le fait d’une religion ou d’une classe sociale mais concerne tous les hommes. Noir, blanc, arabe, asiatique…etc…riche, pauvre, classe moyenne…ce problème de domination prend appui sur l’éducation que l’on nous transmet dès la maternelle. Les garçons jouent a la voiture, les filles font de la dînette.
Dans la cour de récré, les garçons sont sur le terrain de foot, les filles regardent sur le bord. Au lycée, quand une jeune fille qui ose  jouer au foot est un garçon manqué..etc…
Bref tout est une question d’éducation à reprendre dès le plus jeune age. Il y a du boulot en perspective pour une réelle prise de conscience.

Le mouvement #balancetonporc a jeté un vrai pavé dans la gueule du patriarcat et j’ai réellement  l’espoir que toutes les femmes  vont pouvoir enfin s’exprimer et être respecter dans toutes les strates de la société. Wait and see.

En complément cette video d’Usul « Et des porcs furent balancés »

Laisser un commentaire